Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC

28 Juin

Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC 

 Fweley Diangitukwa, « Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC », Paris, L’Harmattan, décembre 2007. ISBN : 978-2-296-04562-0. Prix : 20 euros. Vous pouvez commander votre exemplaire en vous adressant à une grande librairie de votre ville ou en écrivant à l’auteur à l’adresse suivante : Afrique Nouvelle, case postale 112, 1806 Saint-Légier, Suisse.

 

Par l’auteur du livre « Le règne du mensonge politique en RD Congo. Qui a tué Kabila ? », Paris, L’Harmattan, décembre 2007.

Dans ce livre, l’auteur retrace étape après étape toutes les stratégies mises en œuvre par les acteurs congolais et par quelques pays occidentaux pour organiser les fraudes électorales en RD Congo afin de mettre la main sur le pactole minier de ce pays. Ces fraudes ont conduit à la naissance d’une société où les « voix minoritaires » dirigent les « voix majoritaires », où le moins compétent impose ses lois scélérates au plus compétent, où le plus violent bafoue les droits du peuple congolais, où les parvenus et les assoiffés du pouvoir occupent tout l’espace politique. L’auteur précise le degré de responsabilité de ceux qui ont organisé les élections de la honte en RD Congo et en Afrique. Il les exhorte d’arrêter avec des élections tronquées et truquées afin de permettre aux Congolais et aux Africains de construire librement leur avenir.

Avant l’indépendance, les soldats congolais de la Force publique étaient au service des colons belges. Les présidents Mobutu et Kabila Taratibu dit M’zee étaient au service des intérêts des puissances étrangères qui les avaient placés au pouvoir. Hyppolite Kanambe, alias Joseph Kabila, sert les intérêts des puissances étrangères qui l’ont placé au pouvoir après l’assassinat de L.-D. Kabila.  Celles-ci l’ont ouvertement soutenu pour qu’il gagne frauduleusement les élections organisées en octobre 2006.

Une certaine élite intellectuelle congolaise accepte de se mettre au service d’un pouvoir ignoble, quitte à se voir diriger par un homme politique moins compétent qu’elle. Alors, ces questions qui fâchent ! Les Congolais sont-ils incapables de s’organiser collectivement dans le but de prendre le destin de leur pays en main ? Qu’est-ce qui explique la soumission et la malléabilité de l’élite intellectuelle congolaise : le traumatisme colonial ou l’attrait à l’enrichissement facile et illégal ? Est-il permis d’admettre que l’élite intellectuelle congolaise ne s’intéresse – comme l’insinuait le président Museveni – qu’à l’acronyme BMW qui signifie en anglais : beer, music, women ? Sinon, comment expliquer la persistance d’une telle complicité coupable à travers le temps, comment comprendre que des nationaux acceptent d’être dirigés par des autorités politiques qui n’ont pas la nationalité congolaise et comment peuvent-ils se soumettre à leur pouvoir et à leur domination ? Est-il permis d’admettre, comme pensent certains décideurs politiques occidentaux, que l’élite intellectuelle congolaise, qui est incapable de s’unir et de se choisir un chef d’État accepté par tous, doive se soumettre au pouvoir d’un étranger pour l’obliger à s’entendre ?

Le livre de Fweley Diangitukwa fournit les preuves qui démontrent que l’actuel détenteur du pouvoir en RDC est un fraudeur, un usurpateur et il ne doit, à ce titre, bénéficier d’aucun crédit et d’aucune confiance, car il est absurde de construire une Nation sur la base de tricheries électorales, de corruption et de cupidité. Un intellectuel honnête et intègre ne peut pas soutenir un acteur qui recourt aux fraudes électorales pour s’emparer du pouvoir et de l’État.

Les Congolais qui aiment leur pays sont appelés à s’opposer énergiquement aux pratiques rétrogrades comme les fraudes électorale, la corruption, l’impunité, etc. qui freinent et empêchent le développement du Congo.

Après avoir beaucoup réfléchi sur le sort de leur pays, les Congolais doivent agir afin de construire un pays prospère au coeur de l’Afrique, car, après, il sera trop tard. S’il leur a fallu beaucoup de courage pour résister et pour traverser toutes ces années perdues, ils doivent maintenant prendre le destin de leur nation pour se libérer définitivement du joug colonial, de l’autocratie et de l’incompétence notoire de celui qui gouverne actuellement la RD Congo.

Ce livre informe les Congolais sur les fraudes électorales de 2006 mais il les prévient surtout de fraudes électorales futures, car celui qui a triché une fois a tendance à répéter son comportement tant qu’il n’a pas été sévèrement puni. Oui. Il n’est plus permis d’être collectivement naïfs et dupes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :