Il faut dire la vérité aux Congolais

27 Avr
Veuillez d’abord écouter :

http://congojustice.org/le-conflit-au-congo-la-verite-devoilee/

Cher compatriote Diana Gikupa Joachim,

Je vous avoue honnêtement que j’éprouve une énorme difficulté à répondre à vos messages e-mail car nous n’avons pas la même lecture ni la même compréhension des événements dans notre pays et dans la région des Grands Lacs. Cette difficulté vient du fait que vous n’avez pas accès aux mêmes sources que moi. Vous vous référez aux seules sources nationales pour analyser les événements et l’actualité et nulle part on ne voit se profiler ce que les grands de ce monde pensent, disent, projettent et planifient. Vous semblez donc ignorer les sources étrangères (c’est bien ce qui transparaît dans vos textes) et vous répétez inlassablement ce que disent les autorités congolaises. Alors que ce qu’elles disent s’inscrit le plus souvent dans le règne du mensonge politique. A partir delà, nous devons admettre que notre discussion devient inutile voire oiseuse, car chacun campe sur ses positions. Vous cherchez même à convaincre sous prétexte que vous vivez au pays. Vous oubliez cependant que la politique congolaise n’est pas définie au Congo mais elle l’est par les grandes puissances. Les hommes politiques – depuis le maréchal Mobutu – ont toujours été choisis et imposés par l’extérieur. Donc, il ne faut pas nécessairement vivre au Congo pour comprendre l’évolution de la politique dans notre pays. Par exemple, Kagame et Museveni qui gouvernent le Congo par personne interposée ne vivent pas au Congo. Cette discussion ne nous aide pas à aller de l’avant, car elle reste superficielle et n’aborde pas les vraies questions. Je peux vous comprendre car vous êtes au service d’un journal qui a choisi de défendre le pouvoir autocratique de Joseph Kabange (Kabila). Vous ne pouvez donc pas trahir la ligne directrice du journal pour lequel vous travaillez ni vos affinités avec ceux qui sont au gouvernement. Vous restez fidèle. Vous donnez parfois l’impression de pratiquer ce que l’on appelle en psychologie sociale « la dissonance cognitive », c’est-à-dire vous triez l’information entre ce que vous transmettez aux lecteurs (ce que vous écrivez correspond régulièrement à la version officielle) et ce qui relève de la vérité des faits. Peut-être que vous ignorez cette vérité des faits parce que vous n’avez pas accès aux bonnes sources, car le pouvoir de Kinshasa empêche la circulation de certains documents pour ne pas dresser les Congolais contre ceux qui sont de mèche avec Museveni et Kagame. Avez-vous pris connaissance du rapport Gersony, du plan Hima-tutsi, de l’implication des puissances étrangères dans le projet de partition du Congo ? Avez-vous lu les livres de Olivier Lanotte, République démocratique du Congo. Guerre sans frontières ; Charles Onana, Ces tueurs tutsi au cœur de la tragédie congolaise ; F. Reyntjens, La guerre des Grands Lacs ; Carla Del Ponte, La Traque ; Roméo Dallaire, J’ai serré la main du diable, etc. ? Je ne vous parle pas de mes publications parce que les Congolais ont tendance à mépriser les travaux de leurs compatriotes. Mais vous pouvez lire Pouvoir et clientélisme au Congo-Zaïre-RDC; Le règne du mensonge politique en RD Congo. Qui a tué Kabila ?; Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC.; Stratégies pour la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir, etc. Avez-vous lu le rapport Mapping ? Pouvez-vous dire aux Congolais les noms des auteurs des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis sur le territoire national ? Voilà la question principale qui me préoccupe que vous ne soulevez pas et que vous ne soulèverez jamais, car vous risquerez de perdre votre travail.

Permettez-moi de fixer certaines idées. L’AFDL est une création de Museveni et Kagame. Laurent-Désiré Kabila a été choisi par ces deux chefs d’Etat avec l’appui des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. Le CPP et le PPRD sont la suite de l’AFDL car les principaux leaders sont issus de cette formation. Ceci revient à dire que la politique congolaise est toujours pilotée par Kigali et Kampala. Le RCD-Goma est une création de Kigali (vous connaissez les circonstances de sa naissance). Quand le RCD-Goma a rejoint le pouvoir de Kinshasa dans la formule 1 + 4, il fallait un opérateur économique dans le Kivu pour défendre les intérêts rwandais dans cette partie de notre pays. Le CNDP (le Congrès national pour la défense du peuple) est né. Donc AFDL, PPRD, RCD-Goma, CNDP sont des oiseaux de même plumage qui obéissent au même chef : Kagame. Joseph Kabange (Kabila) qui est une création de James Kabarebe et de Kagame ne peut pas s’opposer à eux ni au CNDP qui est leur création. Lisez Pierre Péan, Carnages. Les guerres secrètes des grands puissances en Afrique (dimanche prochain, je discuterai publiquement avec l’auteur au salon du livre africain à Genève). Joseph Kabange (Kabila) n’a jamais combattu Nkundabatware Mihigo parce qu’il n’a aucun moyen pour le faire car les deux ont le même patron à qui ils obéissent : Paul Kagame. La preuve, le Congo est incapable d’obtenir l’extradition de Nkunda pour être jugé au Congo. C’est lorsque Nkundabatware a pris des ailes et a critiqué sévèrement Joseph Kabange (Kabila) que celui-ci a haussé le ton et s’est opposé à lui. Nkundabatware a dit : « Le peuple congolais a un sérieux problème à résoudre car son propre président, élu au suffrage universel direct par plus de 58 % (du moins d’après la version officielle) des voix [en octobre 2006] – je cite Joseph Kabila – est non seulement d’origine tutsi, comme moi, mais est aussi un ancien soldat du FPR, comme moi ». Et Nkunda d’ajouter : « Cherchez l’erreur ! »[1]. Cette déclaration n’a pas du tout plu à Joseph Kabange qui a demandé à Paul Kagame de rappeler Laurent Nkunda et de le remplacer par un plus modéré et plus secret Bosco Ntaganda. Ce qui a été fait. Bosco Ntaganda n’a jamais critiqué Joseph Kabange (Kabila). Le CNDP s’est rapproché du pouvoir de Kinshasa comme le RCD-Goma l’a fait auparavant. La guerre à l’est du Congo est non seulement voulue mais en plus entretenue. Ceux qui ne le savent pas continuent à spéculer, à se taire sinon à étaler leur ignorance.

Le Congo est actuellement dirigé par des stratèges rwandais qui ont un plan bien ficelé et par des Congolais assoiffés d’argent qui ne voient que leurs intérêts immédiats. Ils organisent le pillage de nos ressources naturelles qui sortent par le Rwanda avant d’être vendues à l’étranger. Les femmes congolaises sont violées, tuées pour dépeupler le grand Kivu. Pendant ce temps, il y a des journalistes qui passent leur temps à distraire les Congolais en leur racontant des faits divers. Je désapprouve cette démarche. Je me bats pour que le Congo soit défendu légitimement par des Congolais. Pierre Péan a écrit dans son livre déjà cité Carnages, op. cit., à la p. 418 : « Joseph (Kabila) est un cheval de Troie. Le jour, il est officiellement contre Kigali, mais, la nuit, il marche avec Kagame ».

Je répète. Le parti de Laurent Nkunda, CNDP représenté actuellement par Bosco Ntaganda, est le prolongement du RCD-Goma que soutenait et finançait Paul Kagame pour piller l’est du Congo. Aujourd’hui le CNDP (lire RCD-Goma rénové) partage le pouvoir avec le PPRD/MP. Le pouvoir de Kinshasa a officiellement signé une alliance avec les hommes de Bosco Ntaganda (le représentant de Kagame et de Nkunda dans le Kivu). La suite devient claire : Kagame continue à piller, à travers Bosco Ntaganda et ses hommes, l’est du Congo en parfaite entente avec Joseph Kabange (Kabila). C’est pour cette raison que Joseph Kabange ne peut pas arrêter Nkunda et Bosco Ntaganda malgré le fait que ces deux sommes sont poursuivis par la Cour pénale internationale. Il n’y a que ceux qui ne comprennent pas les enjeux qui spéculent. En revanche, les grandes firmes transnationales et les grandes capitales occidentales qui reçoivent les ressources naturelles en provenance du Congo via le Rwanda savent qu’il y a une complicité entre les hommes au pouvoir à Kampala, à Kigali et à Kinshasa. La RDC, qui est le pays le plus riche d’Afrique en ressources naturelles (en quantité et en diversité), est au centre d’une mafia internationale et la complicité se trouve à tous les niveaux, sur les deux plans : interne et externe.

Monsieur Diana, parce que vous êtes Congolais, vous avez l’obligation de défendre le Congo. Votre profession de journalistes doit servir les intérêts du Congo, pas ceux des étrangers. Ne vous laissez pas entraîner par le mensonge politique. Ne le répétez pas. Je vous supplie.

Il ne faut pas minimiser l’implication des puissances étrangères et des autorités politiques actuellement au pouvoir dans le projet de partition du Congo. Depuis 1994, Museveni et Kagame ont les yeux fixés sur le Kivu. Le pouvoir de Kigali impose une hégémonie tutsi sur la région des Grands Lacs et il s’appuie sur celui qui est à la tête du Congo pour accomplir ce rêve. Laurent-Désiré Kabila a été tué pour cela et il a été remplacé par celui qui facile la partition de notre pays, sans toutefois le montrer ouvertement aux Congolais. Beaucoup d’entre les Congolais ne comprennent pas les enjeux ni les stratégies mises en place. Oui. Il existe un plan bien élaboré pour envahir l’est du Congo. Vous avez l’obligation d’en parler à vos compatriotes au lieu de rester silencieux sur cette question vitale.

Notre pays n’est pas dirigé par les plus compétents. Vous ne direz pas que celui qui est à la tête du Congo est une lumière ! Lorsqu’un véhicule est conduit par un chauffard… la suite est connue. Seriez-vous prêt à prendre place à bord d’un avion dont le pilote n’a pas les compétences requises ou à être soigné par un faux médecin ?

Si le Congo était un pays démocratique, il n’y aurait pas autant de violence ; les assassins, les auteurs des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité auraient été arrêtés et jugés, le droit serait respecté ; Chebeya, Bazana, Tungulu ne seraient pas assassinés, les adeptes de Bundu-dia-Kongo ne seraient pas massacrés, Kuthino n’aurait pas passé des années inutiles en prison, vous rendriez un travail utile à la nation, comme vous l’avez fait à la fin du règne de Mobutu.

La Constitution a été révisée, la loi électorale le sera bientôt. Toutes ces révisions sont un prélude aux futures fraudes électorales (je l’ai déjà dit) mais cette même stratégie sur laquelle misent les autorités actuelles va se retourner contre elles. Le monde bouge et le Congo ne sera pas en reste. Que Dieu nous prête vie. Nous nous verrons et nous parlerons ensemble du passé de notre pays. Je vous préviens : vous aurez honte.

Monsieur Diana, vous êtes Congolais. Ne l’oubliez jamais ! Les autres fuirons un jour mais vous resterez avec moi dans ce pays de nos ancêtres. Notre vie est courte, pensons au Congo éternel que nous laisserons à nos enfants et aux générations futures. La situation du Congo est explosive. Déjà plus de six millions de morts. La justice est impuissante. Ne soyons pas complaisant. J’ai dit et je me tais.

Fweley Diangitukwa

www.fweley.wordpress.com

Nouvelle publication : « Stratégies pour la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir », éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle (avril 2011), 236 pages (grand format).


[1] Laurent Nkunda l’a dit, Colette Braeckman l’a dit, Léonard Mulopo l’a dit, Etienne Kabila l’a dit. On peut encore citer d’autres sources.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :