Les raisons cachées de la partition du Soudan

14 Mai

Les raisons cachées de la partition du Soudan

Par Dr Fweley Diangitukwa, Politologue et écrivain 

Depuis sa création, Israël a toujours redouté les pays arabes islamistes, notamment, en Afrique, l’Egypte et le Soudan, à cause de la présence dans ces pays d’un pouvoir intégriste qu’il considère comme dangereux pour sa sécurité. En plus, le pouvoir soudanais a toujours coopéré avec les ennemis traditionnels de l’État hébreu. Lorsque Nasser s’est rapproché des Soviétiques après le refus américain de financer le barrage d’Assouan, l’Egypte devint un ennemi juré d’Israël. Pour cette raison, Nasser a fini par être assassiné et remplacé par un modéré pro Américains. Entouré par des pays ennemis, Israël a cherché à se tourner vers l’Afrique pour s’assurer un espace essentiel de sa survie, briser son isolement et  construire une ceinture de sécurité. Pour contrecarrer la politique arabe en Afrique, il a noué des alliances avec des pays non arabes, il s’est rapproché de l’Ethiopie, de l’Ouganda, du Zaïre de Mobutu, du Ghana de Kwame N’krumah, du Cameroun d’Ahidjo et de Paul Biya (Israël a organisé les écoutes téléphoniques dans ce pays) et d’autres pays comme l’Iran, la Turquie et certaines minorités comme les druzes, les maronites, les Kurdes, les phalangistes au Liban, les royalistes au Yémen. Israël s’est appuyé sur l’Ethiopie (l’Erythrée était encore sous le contrôle de l’empereur Hailé Sélassié) pour sécuriser la mer Rouge et surveiller toute action subversive en provenance d’Egypte ou du Soudan. Israël a entraîné des troupes d’élite de Hailé Sélassié sur la base militaire d’Asmara gérée par les Américains. Le Soudan, qui partage avec l’Égypte une longue frontière de 716 kilomètres de côte sur la mer Rouge, a toujours constitué une source de grande inquiétude pour Israël, car sa séparation d’avec l’Egypte ne date que de 1956. Au XIXe siècle, la grande partie du territoire soudanais actuel a été annexée à l’Egypte qui fut une province de l’Empire ottomane. Le Négus déclarait appartenir au monde juif. C’est donc par l’Ethiopie, où Israël a ouvert sa première ambassade dès 1956, que l’État hébreu a pénétré les nouveaux pays africains après 1960. Israël s’est appuyé sur un argument de poids : la communauté de souffrance entre Juifs et Noirs mais les Africains ignoraient que pendant ce temps Israël composait avec la France qui est une puissance néo-coloniale et qu’il servait les intérêts des Américains dans leur lutte contre la progression du communisme en Afrique. L’Etat hébreu luttait contre les pays africains soutenus par les pays arabes.

Au lendemain de l’indépendance, le Soudan, qui est le plus grand pays d’Afrique, présente une situation particulière. La partie Nord qui gouverne le pays est composée de musulmans qui ne peuvent composer avec Israël tandis que le Sud est occupé par les Chrétiens. Devant cette réalité, Israël a décidé de soutenir les rebelles noirs et chrétiens du Sud dans le but de punir le pouvoir islamiste soudanais qui avait soutenu le camp des pays arabes durant la guerre des Six Jours. Israël a également noué des relations très étroites avec l’Ouganda, en soutenant ouvertement Idi Amin Dada qui a suivi sa formation militaire en Israël afin de surveiller le nord du Soudan de plus près à partir du Sud-Soudan. Israël s’est rapproché du Sud avec l’intention cachée de contribuer à l’éclatement du pays. L’État hébreu, qui a été rejoint par les États-Unis et la Grande-Bretagne dans son combat contre le Soudan, n’a jamais abandonné son idée de contribuer à la division du Soudan afin d’affaiblir ce pays et d’avoir un contrôle sur la partie Nord.

La guerre froide a gelé la poursuite de cette stratégie qui n’a finalement été réactivée qu’après le départ de l’URSS du continent. Le passage du pétrole soudanais entre les mains de la Chine a renforcé la conviction de faire éclater le Soudan. Israël s’est appuyé sur le soutien américain et sur les hommes de l’ombre pour faire aboutir ce projet. Les uns et les autres ont toujours pensé qu’ils ont l’obligation de lutter contre un ennemi commun : l’islamisme. Ils ont comploté ensemble pour éliminer Nasser, parce qu’il a nationalisé le canal de Suez (le 26 juillet 1956) sans l’accord des initiateurs et parce qu’il s’est retourné vers l’URSS contre les Anglo-saxons, de la même façon, ils ont coopéré ensemble pour parvenir au partage du Soudan entre le Nord musulman et le Sud chrétien.

Pour les raisons ci-dessus, les Anglo-Saxons et Israël ont exploité à fond le narcissisme des Sud-Soudanais pour les opposer aux Nord-Soudanais afin de diviser leur pays mais les Sud-Soudanais, surexcités par l’idée de devenir indépendants, ont oublié que les Anglo-Saxons et Israël travaillent pour leurs propres intérêts et jamais pour ceux des Soudanais.

Il n’y a pas que le Soudan qui est concerné par un conflit religieux dans le pays. Le même problème se pose avec acuité en Irlande entre protestants et catholique mais quelle est cette puissance qui a cherché à diviser l’Irlande pour résoudre ce conflit religieux dans ce pays ?

Le Soudan séparé, il deviendra facile de mettre la main sur son pétrole. Seulement les raffineries se trouvent au Nord du pays ! Pendant que les pays du Nord se regroupent (Union européenne, ALENA, CEI), on émiette les pays du Sud pour les affaiblir.

Il y a une communauté d’intérêt entre les États-Unis et Israël qui a mené de nombreuses actions en Afrique pour le compte de la CIA.

Après la division du Soudan, la RD Congo va-t-elle devenir le prochain point de mire, sera-t-elle la prochaine cible ?

Sources :

Fweley Diangitukwa, Stratégies pour la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir, Saint-Légier (Suisse), éditions Monde Nouvevau/Afrique Nouvelle, 2011, 236 pages ;

– Pierre Péan, Carnages. Les guerres secrètes es grandes puissances en Afrique, Paris, Fayard, 2010, 570 pages ;

– Charles Onana, Menaces sur le Soudan et révélations sur le procureur Ocampo. Al-Bashir et Darfour. La contre-enquête, Paris, Duboiris, 2010, 475 pages ; Ces tueurs tutsi au coeur de la tragédie congolaise, Paris, éd. Duboiris, 2009, 317 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :