DELAIS CONSTITUTIONNELS, PARLONS-EN

7 Jan

Excellence Monsieur le Ministre Kin Key Mulumba,

 

Dans un de vos précédents e-mails, vous avez traité les Congolais qui échangent avec vous dans nos réseaux sociaux de « cons ». Veuillez donc considérer que je n’ai pas de niveau car à vos yeux j’appartiens au camp des « cons » face à vous qui appartenez au camp des laudateurs « intelligents ». Quel orgueil ! À croire que vous êtes la seule personne intelligente dans notre pays !!! Vous avez un orgueil qui va au-delà des limites.

Quelques compatriotes et moi avons procédé pendant longtemps à une étude comparative entre les longs textes de M. Pascal Debré Mpoko et les longs textes du Ministre Kin Key Mulumba et nous sommes parvenus à la conclusion suivante : en considérant le style et le centre d’intérêts des thèmes traités, les deux individus sont la même personne.

Vous me lisez souvent comme moi je vous lis régulièrement sous vos deux identités – l’un (Pascal Debré Mpoko) fait pour injurier les compatriotes via facebook et l’autre (Kin Key Mulumba) pour soutenir le chef de l’Etat. Comme, avec votre nom authentique, vous ne pouvez pas traiter les Congolais que nous sommes avec mépris (j’ai isolé quelques termes dans votre message ci-dessous pour montrer votre état d’esprit, les voici : niaiseries, diabolisation, disqualification, piège, emmerdement, sombrer dans des attaques ad hominem, attaques, camoufler, etc.), vous vous êtes fabriqué un nom d’emprunt avec lequel vous vous donnez la liberté d’injurier vos compatriotes en les traitant d’imbéciles, de cons, d’ignorants (voir vos précédents e-mails avec entre autres Mme Ntumba Kabisa). Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas tous ministres que vous devez vous sentir obligé de nous traiter de minables en nous regardant d’en haut. La vie ressemble à une roue qui tourne. N’oubliez jamais cela.

Vous savez parfaitement bien que je n’injurie personne, ne diabolise personne et n’emmerde personne, comme vous le faites.

Dans le dernier long texte de Kin Key Mulumba que j’ai lu vous avez soutenu que l’actuel chef d’Etat sera le candidat unique de la mouvance présidentielle et vous avez demandé aux juristes du PPRD et alliés de préparer un texte pour trouver les arguments juridiques pouvant justifier la candidature de l’actuel chef d’Etat qui n’a pourtant plus le droit de se représenter. Dans l’actuel long texte signé sous votre nom d’emprunt Pascal Debré Mpoko, vous êtes revenu sur le même thème avec quelques arguments et quelques références prises dans la Constitution. Malheureusement tous vos arguments ne tiennent pas la route. Je vous informe que la Constitution est sur ma table de chevet. N’ayez donc aucune inquiétude à ce sujet. Je la lis régulièrement. Par ailleurs, je suis les débats politiques au pays et je sais que le PPRD et alliés se sont emparés de tous les postes de Gouverneurs et Commissaires provinciaux. Ce qui revient à dire que, sur le plan politique, tout le pays appartient uniquement au PPRD et alliés car vous gérez toutes les provinces et vous êtes à la tête de toutes les institutions de la République. Quel égoïsme ! Vous faites du mobutisme sans le dire tout haut.

Quant à la question liée à la convocation des scrutins, je dois vous dire que la stratégie du PPRD et alliés date des élections précédentes de 2011. C’est en 2012 que j’ai commencé à dire autour de moi que le président, le Gouvernement et la CENI n’organiseront pas l’élection présidentielle en 2016 (vous connaissez les conditions de prestation de serment de 2011). Le fait de ne pas organiser l’élection des Sénateurs était pour moi un indice pour conclure que le pouvoir voulait tester les Congolais sur ce qui allait se passer en 2016. Le pouvoir actuel s’est dit : si les Congolais acceptent des Sénateurs sans légitimité, ils accepteront également, après 2016, un chef d’Etat sans légitimité. Pressentant cela à temps, j’avais dénoncé les Sénateurs qui siègent sans aucune légitimité. Comme l’impunité règne en maîtresse dans le pays, personne ne peut agir contre eux. Puis, est venu le livre du prof. Boshab critiqué vertement par son Collègue prof. Mbata. Puis, est venue la volonté de modifier la loi électorale et les événements des 19, 20, 21, 22 et 23 avec les morts que cela a entraînés. Dans un pays qui se dit « démocratique », les jeunes qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol ont été « canardés », oui massacrés. Vous et moi avons suivi les images. Regrettable, vraiment regrettable car l’homme n’a qu’une vie. Quel respect avons-nous de la vie humaine dans notre pays ? Je vous pose la question.

Pour faciliter la tricherie à l’élection présidentielle de 2016, vous avez proposez, – pince-sans-rire – mais surtout sans honte, le scrutin indirect afin que le président soit élu par le Parlement où le PPRD et alliés ont déjà une majorité écrasante. J’ai fait comprendre à l’opinion publique, en me référant aux textes de constitutionnalistes de renom que le scrutin indirect est pratiqué à l’élection présidentielle dans les pays fédéraux tandis que le scrutin direct est nécessaire dans les pays unitaires parce que le chef de l’Etat a grandement besoin d’une large légitimité. Depuis, vous n’y êtes plus revenu mais vous n’avez pourtant pas abandonné votre désir – « votre association ne s’appelle-t-elle pas ‘Kabila-désir, totondi nano te’ » – de voir l’actuel chef d’Etat rempiler pour un troisième mandat. C’est bien ce que vous faites maintenant en utilisant deux voies : avec votre vrai nom et avec votre nom d’emprunt. Dans les deux cas, votre combat est le même : hélas, le style et la manière d’argumenter vous trahissent dans les longs textes car ils sont les mêmes.

Vous me demandez d’argumenter mais, Excellence Monsieur le Ministre, on argumente lorsque les termes sont ambigus or, dans le cas de la Constitution congolaise, il n’y a aucune nécessité d’argumenter ou de démontrer quoi que ce soit car les articles sont clairs. En guise de rappel :

Article 64 Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution. Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible contre la nation et l’Etat. Elle est punie conformément à la loi.

Article 70 Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un de cinq ans renouvelable une seule fois. À la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu.

Article 73 Le scrutin pour l’élection du Président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante, quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice.

Dans la Constitution, le délai a été précisé dans l’article 73. Dépassé ce délai de quatre-vingt-dix jours, le détenteur du pouvoir tombe dans l’illégitimité et c’est l’article 64 qui s’applique.

Je vous rappelle que l’article 70 auquel vous faites allusion doit être lu en parallèle avec l’article 73. Si le pouvoir exécutif, en accord avec la CENI, n’organise pas les élections quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice, il doit assumer sa responsabilité. Si le Gouvernement ne trouve pas le budget nécessaire pour couvrir tous les frais y relatifs, il doit également assurer sa responsabilité car il a eu quatre ans pour préparer les élections et ce n’est pas à la veille de l’élection présidentielle qu’il doit chercher des arguments pour endormir le peuple congolais. C’est là un comportement enfantin et donc inacceptable et indéfendable. Même si vous nous traitez de « cons », nous avons un peu d’intelligence pour comprendre vos stratégies.

Si vos ambitions personnelles ne comptaient pas, vous soutiendriez la Constitution sans chercher à l’interpréter ni à demander aux juristes du PPRD et alliés de trouver des arguments juridiques pour justifier la candidature de l’actuel chef d’Etat pour un troisième mandat. Prétendre que « c’est l’intérêt de la RDC qui compte et non mes ambitions personnelles » est un argument faux qui vous sert à faire croire le contraire.

Si, en réalité, vous « veniez dans le débat avec l’intention de rencontrer vos compatriotes congolais », vous ne nous traiteriez pas de « cons », autant plus que nous ne nous connaissons pas physiquement. Si vous traitez vos compatriotes avec respect, ils vous le rendront avec élégance. L’élévation dans le débat appelle l’élévation dans le comportement, l’intelligence appelle l’intelligence. En revanche, l’indifférence et le mépris appelle l’indifférence et le mépris. Je vous invite donc à relire l’article 66 de la Constitution :

Article 66 Tout Congolais a le devoir de respecter et de traiter ses concitoyens sans discrimination aucune et d’entretenir avec eux des relations qui permettent de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer l’unité nationale, le respect et la tolérance réciproques. Il a, en outre, le devoir de préserver et de renforcer la solidarité nationale, singulièrement lorsque celle-ci est menacée.

Vous êtes Congolais, je vous invite au respect de vos compatriotes et au respect de la Constitution. Le Congo n’appartient pas uniquement à votre seul camp. Comme je ne cesse de le dire : il est le seul bien qui appartient à tous les Congolais. Nous devons le gérer dans l’intérêt de TOUS.

Vos articles sur le glissement et/ou sur le troisième mandat de celui qui est arrivé à la fin de son second et dernier mandat ne m’intéressent pas et n’intéressent pas les Congolais qui tiennent au respect de la Constitution.

Ne vous cachez plus car les Congolais savent qui vous êtes.

Bonne année et tous mes vœux.

Patriotiquement vôtre.

 

Fweley Diangitukwa

http://www.fweley.wordpress.com

 

—-Message d’origine—-
De : lecridesopprimes@yahoogroupes.fr
Date : 07/01/2016 – 16:03 (PM)
À : Congo@yahoogroupes.fr
Cc : tnpinfos@yahoogroupes.fr, congocitizen@yahoogroupes.fr, lecridesopprimes@yahoogroupes.fr, congovirtuel@yahoogroupes.fr
Objet : [lecridesopprimes] Re: [Congo] Re: [TnpInfos] DELAIS CONSTITUTIONNELS, PARLONS-EN

Monsieur Fweley,
Je pensais que vous au moins, avec le niveau que je vous connais, vous
ne tomberiez pas dans ces niaiseries de collage des noms et
d’identités inappropriées à des tiers pour des fins de diabolisation
et, finalement, de disqualification d’un adversaire ou un
contradicteur. Pour ma part, je ne tomberais pas dans ce piège qui ne
relève de la stratégie d’emmerdement maximum.
Je ne sais pas si vous avez bien lu notre constitution ou bien si vous
suivez le débat politique en RDC. Sinon vous auriez compris que la
convocation des scrutins n’est pas dans la préoccupation de ceux qui
s’accrochent aux premiers alinéas des articles 64 et 70.
Il ne suffit pas de prétendre qu’une réflexion est échevelée. Le plus
important, dans le genre de nos échanges, c’est d’en faire la
démonstration pratiques au lieu de sombrer dans des attaques ad
hominem qui n’éclairent personne en termes de réflexion.
J’ai compris que ce genre d’attaques est une tactique utilisée pour
camoufler une sorte de gêne face à des évidences qui ébranlent même
les fondements d’un combat que l’on mène. Mais moi, si je me retrouve
face à ce genre de situation, je m’incline sportivement, puisque, dans
le fonds, c’est l’intérêt de la RDC qui compte et non mes ambitions
personnelles.
En venant dans ce genre d’échanges, je me dis simplement que je vais à
la rencontre des Congolais. Le fait que l’on ne se connait vraiment
pas tous physiquement devrait en rajouter au caractère sublime de nos
réflexions qui sont censées faire rencontrer des intelligences qui se
respectent. Dommage qu’il n’en soit pas le cas pour tous…
Pascal Debré Mpoko

Le 07/01/2016, ‘afriquenouvelle@bluewin.ch’ afriquenouvelle@bluewin.ch
[Congo]<Congo@yahoogroupes.fr> a écrit :
> Excellence Monsieur le Ministre Kin Key Mulumba,
> Votre article repris dans le lien ci-dessous est malheureusement échevelé et
> partiel. Il serait souhaitable de faire relire la copie à un juriste
> constitutionnaliste tout en se référant aux articles 64 et 73.
> Le peuple congolais sait que vous cherchez par tous les moyens des arguments
> pour justifier le maintien au pouvoir du chef de l’Etat mais la Constitution
> est claire. Elle doit être respectée. Le retard a été volontairement causé
> par le pouvoir depuis la publication du livre du prof. Boshab et les
> tentatives de changer la loi électorale qui ont suivi, dans le but de
> justifier le « glissement ». Tous les Congolais le savent. Vos arguments ne
> pèsent pas. Le reste n’est que perte de temps.
> Fweley Diangitukwa
> http://www.fweley.wordpress.com
> —-Message d’origine—-
> De : tnpinfos@yahoogroupes.fr
> Date : 07/01/2016 – 13:17 (PM)
> À : congovirtuel@yahoogroupes.fr, congo@yahoogroupes.fr,
> congocitizen@yahoogroupes.fr, tnpinfos@yahoogroupes.fr,
> lecridesopprimes@yahoogroupes.fr
> Objet : [TnpInfos] DELAIS CONSTITUTIONNELS, PARLONS-EN
>
> Bonjour à tous et bonne lecture
http://psacaldebre.canalblog.com/archives/2016/01/07/33175839.html
>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :