Congolais : évitons le piège qui nous est tendu par le pouvoir

21 Jan

CONGOLAIS: ÉVITONS LE PIÈGE QUI NOUS EST TENDU…

ACCUEIL /  MAGAZINE /  PAROLES D’INGETA / CONGOLAIS: ÉVITONS LE PIÈGE QUI NOUS EST TENDU…

CONGOLAIS: ÉVITONS LE PIÈGE QUI NOUS EST TENDU…

Par Fweley Diangitukwa

Je lance un appel à tous les Congolais de souche. Ne tombons pas bêtement dans le piège nous tendu par le pouvoir.

J’invite mes Compatriotes congolais de souche à se ressaisir rapidement afin de ne pas rester prisonniers du piège que le pouvoir nous a tendu. M. Tshisekedi accepte le dialogue alors que les concertations nationales n’ont rien produit, alors que c’est le pouvoir en place qui le convoque et non la communauté internationale qui, du reste, peine à résoudre le problème congolais. L’idée du dialogue n’est pas mauvaise mais il faut chercher à découvrir les intentions de celui qui l’a initié pour s’en éloigner aussitôt.

M. Ngbanda s’est attaqué à M. Tshisekedi sinon aux Tshisekedi (père et fils) sans vraiment se rendre compte qu’il a ouvert ainsi une crise inutile voulue par le pouvoir afin de gagner du temps et de rendre les Congolais responsables de la mauvaise gouvernance du pays.

Heureusement que M. Muanda Nsemi, qui s’en est pris aux ba Ngala, ba Luba, ba Swahili qui « peuplent » la ville de Kinshasa sans vraiment se rendre compte que la capitale du pays doit être habitée par tous les Congolais sans exception car c’est le centre de la vie publique (politique et économique) nationale, a décidé de se retirer de la vie politique pour ne pas se salir inutilement [Hélas, il est vite revenu pour soutenir les mêmes idées et revendiquer publiquement le salaire pour les services qu’il a rendus à son chef. Quelle misère !]

Toutes les querelles entre véritables fils du pays font désordre et ouvrent la porte aux stratèges étrangers qui cherchent à maintenir leurs affidés au pouvoir car, disent- ils : « les Congolais sont incapables de s’entendre, il faut s’appuyer sur un Rwandais devenu Congolais sans au préalable obtenir formellement la nationalité pour avoir notre mainmise sur les ressources du Congo ».

Entre-temps, des Congolais d’origine étrangère (excusez cette expression qui ne vient pas de moi mais de M. Pele Ndume Nzogu) s’emparent du débat et nous laissent croire qu’eux seuls peuvent Unir la Nation Congolaise pendant que les hommes au pouvoir se frottent les mains : heureux d’avoir réussi leur coup.

Toutes les querelles entre véritables fils du pays font désordre et ouvrent la porte aux stratèges étrangers qui cherchent à maintenir leurs affidés au pouvoir car, disent- ils : «Les Congolais sont incapables de s’entendre, il faut s’appuyer sur un Rwandais devenu Congolais sans au préalable obtenir formellement la nationalité pour avoir notre mainmise sur les ressources du Congo».

Tout cela fait désordre et nous éloigne du but à atteindre.

J’invite les Compatriotes congolais à plus de lucidité, à plus de raison et à ne pas tomber dans le piège que nous tend ceux qui dirigent le Congo pour leurs propres comptes et qui ne veulent pas organiser les futures élections.

Je m’oppose fermement au culte de la personnalité car l’expérience avec Mobutu a été très négative. Nous devons nous appuyer sur un leadership collectif, collégial ou encore consensuel, sur les idées de progrès et jamais sur des hommes miracles qui ont déjà causé beaucoup de torts aux Congolais dans un passé récent.

Sortons rapidement de cette mauvaise passe. Le dialogue – comme les concertations nationales et la décentralisation qui n’ont rien produit – est une longue distraction qui sert à nous diviser, à gagner du temps et à ne pas organiser les élections dans le temps prévu. Ne nous laissons pas duper par les plus cyniques. Mais soyons des femmes et des hommes responsables prêts à gérer le destin du Congo dans la transparence et dans l’intérêt de tous les Congolais. Les petits calculs égoïstes des uns et des autres et le culte de la personnalité tuent l’avenir de notre nation.

Fweley Diangitukwa (sous la direction de), Les Congolais rejettent le régime de Kabila, éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, juin 2015, 346 pages.

http://www.fweley.wordpress.com

Ce texte a déjà été publié dans le journal Ingeta en août 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :