Recours en annulution de nouveaux Gouverneur de provinces

26 Avr

Recours en annulation de nouveaux Gouverneurs

L’apprentissage de l’État de droit commence par le respect de la Constitution. Or, les dernières élections des Gouverneurs n’ont pas respecté la Loi Fondamentale dans la mesure où ils ont été élus par des députés provinciaux qui fonctionnent sans mandat électif depuis 2012. Ces élections constituent désormais un précédent fâcheux qui doit être rapidement corrigé car elles établissent une illégalité constitutionnelle qui aura des conséquentes négatives que les citoyens-électeurs ne pourront plus corriger, dans la mesure où ces nouveaux Gouverneurs ont été élus illégalement par des députés provinciaux sans légitimité depuis 2012 et ceux-ci éliront les Sénateurs qui, à leur tour, seront illégaux. Notre République aura ainsi, à tous les niveaux, des institutions dirigées par des « élus » illégaux.

Pour éviter que la chaîne de l’illégalité ne s’installe définitivement dans le fonctionnement de nos institutions, je demande aux partis politiques de l’opposition d’introduire à la Cour Constitutionnelle un recours en annulation de tous les nouveaux Gouverneurs ainsi que la suppression de la CENI qui n’a pas respecté la Constitution dans l’organisation de ce scrutin.

Avec les élections provinciales, la CENI a clairement montré sa partialité et son manque de neutralité vis-à-vis de la mouvance présidentielle (PPRD et alliés). Comme elle ne peut plus garantir la transparence nécessaire pour les élections futures, elle doit être dissoute et remplacée par une CENI composée de Congolais qui ont une moralité « saine ». La nouvelle CENI devra fonctionner sur une répartition équitable (égalité de voix) entre la majorité, l’opposition et la société civile.

Qu’un groupe de juristes chevronnés rédigent un recours en annulation et qu’il l’introduise rapidement à la Cour constitutionnelle. Même si on suppose que la réponse de cette Cour est connue d’avance, il est nécessaire de la pousser au ridicule en montrant publiquement sa partialité et son manque de neutralité, comme dans le cas de la CENI.

À l’avenir, il sera nécessaire d’initier une loi au Parlement pour que les Gouverneurs de provinces soient élus au suffrage universel direct par les habitants de chaque province afin que chaque Gouverneur gouverne selon les promesses qu’il aura tenues pendant la campagne électorale et afin qu’il ait des comptes à rendre à ses électeurs.

Notre République doit renaître. Les rares Congolais qui ont encore le sens de la res publica et de l’honneur doivent agir en rétablissant l’ordre car l’anarchie est totale. Que les juristes de l’opposition rédigent ce recours en annulation et l’introduisent rapidement à la Cour constitutionnelle car il faut sauver la République en perdition. Notre pays est devenu une République dirigée par des illégaux.

Dès le départ du régime actuel du pouvoir, il faudra supprimer la CENI et confier l’organisation des élections au Ministère de l’Intérieur, comme cela se passe dans une République normale, respectueuse des institutions et de ses citoyens. Le maintien de la CENI entraîne des dépenses inutiles à l’Etat.

Agissons positivement pour l’amour de notre République.

Fweley Diangitukwa

http://www.fweley.wordpress.com

Publié via l’Internet Mercredi 20 avril 2016 à 14h38’

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :