Qui doit diriger la période de transition ouverte depuis le 1er janvier 2018 ?

10 Jan

Qui doit diriger la période transitoire ouverte depuis le 1er janvier 2018 ?

Par Fweley Diangitukwa

Politiste

Le gouvernement du président Joseph Kabila est hors mandat depuis décembre 2016 déjà. Le non-respect de l’Accord de la St-Sylvestre du 31 décembre 2017 et la répression sanglante des marches pacifiques organisées par le Comité Laïc de Coordination (CLC) pour réclamer le départ du présent « Kabila » du pouvoir ont enlevé aux gouvernants actuels toute possibilité de diriger encore les institutions de la République.

Notre pays traverse une situation chaotique car, depuis le 31 décembre 2017 à minuit, il a cessé d’être gouverné. Aucune autorité ne jouit de la légalité ni de la légitimité. Les Sénateurs et les députés provinciaux les ont perdues en 2012, les députés nationaux les ont perdues en février 2017 et le chef de l’Etat, qui a bénéficié d’une rallonge gratuite grâce l’Accord de la St-Sylvestre, les a perdues le 31 décembre 2017. Le pouvoir est donc présentement dans la rue. Il appartient aux plus organisés sinon aux plus braves de le ramasser.

Il y a vingt ans, j’ai écrit dans mon livre « Qui gouverne le Zaïre, la Républicains des copains », Paris, L’Harmattan, 1997, que les Congolais (Zaïrois à l’époque) savent discuter longuement sur les problèmes de leur pays mais ils peinent à trouver des réponses qui imposent un changement de paradigme. Au Congo, le changement dans le paradigme a toujours triomphé dans la gestion des affaires publiques depuis le coup d’Etat de Mobutu et de ses compagnons de la révolution. Laurent-Désiré Kabila, qui est venu en 1997 avec sa révolution-pardon, a accepté le retour des Mobutistes au pouvoir sans les punir pour les fautes qu’ils ont commises. Celui qui se fait appeler « Joseph Kabila » a gouverné avec les mêmes Mobutistes jusqu’en décembre 2017.

Depuis la fin du second et dernier mandat du président sortant et depuis les massacres du 31 décembre 2017, la Cour constitutionnelle ne s’est pas prononcée sur la vacance au sommet de l’Etat. Le ministre de la Justice n’a pas publiquement condamné les forces disproportionnées qui ont été utilisées pour contrer des manifestants sans arme. Tous ces éléments montrent clairement que nous sommes en présence d’un Gouvernement qui ne protège pas le peuple mais qui agit contre le peuple.

Certains Etats occidentaux ont pris des sanctions contre les entreprises liées à Joseph « Kabila », à Zoé « Kabila », à Jeannette « Kabila » et contre certains gouvernants de la République mais la justice congolaise ne s’est jamais prononcée sur ces dossiers. Aucune enquête n’a été menée pour établir la vérité sur les causes à l’origine des sanctions prises par les Etats étrangers contre certaines autorités congolaises accusées de détournement des fonds publics (fonds placés dans des paradis fiscaux ou dans des banques des pays étrangers). Tout montre que le Congo est un Etat failli – sinon une République des copains qui se soutiennent pour leur propre épanouissement. En tout cas, ce silence prouve, si besoin en était, que nous avons affaire à une justice complaisante dans notre pays.

Que devons-nous faire pour changer de régime face à une équipe de médiocres et des barbares qui s’appuient sur la force militaire pour mâter le peuple et se maintenir au pouvoir ? Telle est la question que chaque Congolais doit absolument se poser, car si nous ne nous la posons pas en vue de trouver une réponse immédiate, ceux qui dirigent notre République par défi vont s’imposer à nous et continuer à diriger notre pays comme s’ils en avaient encore le droit. Nous devons absolument les empêcher pour montrer au monde entier leur état d’illégalité et d’illégitimité. Dans cet ordre d’idée, je propose à mes compatriotes de prendre publiquement position. Comme nous ne pouvons pas tous gouverner la République en même temps, nous devons mettre en place un gouvernement d’union nationale composé de Congolais résolus et compétents ayant chacun d’eux une formation reconnue et un métier précis (méfions-nous de politiciens sans formation accomplie et sans métier parce qu’ils refusent généralement de quitter le pouvoir). Pendant cette courte période de transition, ce sont ceux-là qui mèneront notre combat collectif auprès des Etats et des gouvernements étrangers, auprès des Organisations internationales et auprès des Nations unis. Ce sont encore eux qui feront fonctionner les institutions pendant la période transitoire qui a débuté le 1er janvier 2018. Ne faisons pas semblants, nous devons être décidés et déterminés, comme nous l’avons fait le 31 décembre 2017 en marchant malgré les soldats d’artillerie plantés devant des foules en colère.

Or, pour éviter ce vide juridique, un groupe de Congolais a déjà organisé une élection au niveau international et national. J’invite mes Compatriotes à accepter d’être administrés par cette équipe qui sera épaulée par des technocrates hautement qualifiés. Cette équipe doit se mettre au travail dès aujourd’hui. Si elle n’agit pas dans le sens de se faire connaître et se faire accepter par les instances internationales, plus personne ne parlera d’eux demain. Ces élections organisées par les Congolais de la diaspora auront vécu.

La durée de la transition sera courte (entre six et 12 mois, pas plus) et cette équipe n’aura que trois missions : (1) remplir le vide politique laissé par ceux qui ont saboté la Constitution, (2) organiser les élections qui permettront à notre pays de reprendre une vie normale et (3) mettre sur pied les fondements d’une armée nationale et républicaine composée uniquement de dignes fils du pays.

Il n’est plus nécessaire d’attendre une déclaration publique du Président sortant dans laquelle il dira qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession conformément à la Constitution, car il a déjà prouvé par sa mauvaise fois qu’il ne le fera jamais. Cette équipe mettra en application les mesures ci-après : « a. La libération de tous les prisonniers politiques ; b. La fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation à leur retour au pays ; c. La fin du dédoublement des partis politiques ; d. La libéralisation des espaces médiatiques et particulièrement de la RTNC ; e. La réouverture des médias injustement fermés ; f. La restructuration de la CENI afin de recréer la confiance entre l’électorat et l’institution organisatrice des élections ; g. L’utilisation du calendrier récemment proposé par la CENI comme outil de travail pour l’élaboration d’un calendrier consensuel ; h. Le libre exercice des activités politiques par tous ».

Tout en demandant à la justice internationale, notamment la Cour Pénale Internationale (CPI) de s’autosaisir des cas de violation des droits humains en RD Congo, nous ne devons pas attendre qu’une puissance étrangère vienne chasser M. « Joseph Kabila » du pouvoir. Aucune n’est vraiment prête à le faire à notre place parce que les grandes puissances ont des intérêts incommensurables dans notre pays, d’autres travaillent en étroite collaboration avec les dirigeants actuels et pillent notre pays ensemble. Le changement de paradigme doit être l’œuvre des Congolais afin que nous jouissions réellement de notre indépendance et de notre souveraineté. Un challenge est devant nous. Montrons-nous collectivement capables de le relever. Si nous y parvenons, nous laisserons un exemple de fierté et de grandeur aux générations futures. Soyons debout et restons debout jusqu’à la victoire finale.

La RDC devient ingouvernable parce que le peuple congolais ne se reconnaît pas dans les autorités actuelles qui n’ont plus de mandat. Les risques à venir sont considérables. Sans une autorité acceptée par le peuple congolais, notre pays risque de connaître de nouveaux conflits locaux, semblables à ceux du Kasaï, qui déstabiliseront d’autres régions entières, qui engendreront des millions de déplacés et placeront de très nombreuses personnes dans une situation de risque de famine. Un tel chaos sera un prétexte pour ne pas organiser les élections en décembre 2018 si nous laissons l’équipe actuelle au pouvoir. Nous ne pouvons pas accepter que ceci nous arrive encore. Voilà pour quelle raison, je demande aux dirigeants de toutes les sociétés civiles (ONG) de s’engager publiquement – par une déclaration – à soutenir les Administrateurs publics qui ont été élus au suffrage universel direct organisé par la diaspora. Mettons nos egos de côté pour défendre l’intérêt de la nation. C’est une situation particulière et inédite mais qui a sa raison d’être pour combler le vide politique. Nous n’avons pas le droit de laisser des dirigeants sans légitimité ni légalité nous gouverner. Nous avons connu le coup d’Etat de 1965, le coup d’Etat de 1997, le coup d’Etat de 2001. Nous devons refuser cet autre coup d’Etat constitutionnel qui se dessine devant nous, aujourd’hui et maintenant. Aspirons à devenir un peuple souverain et mature.

Notre pays n’est plus gouverné depuis le 1er janvier 2018. Ne nous laissons pas distraire et sortons vite de nos émotions et de notre traumatisme sinon le pire nous arrivera si nous ne mettons pas définitivement fin à ce régime ignoble et irresponsable. Reprenons notre destin en main et mettons-nous à organiser l’avenir immédiat de notre nation. Tout en poursuivant les actions qui conduiront à « dégager les médiocres » qui ne travaillent pas pour la nation et qui ne sécurisent pas les populations, nous devons rapidement fédérer nos forces et nos intelligences, réunir nos moyens sous une seule direction qui posera des actes au nom du peuple afin que le Congo redevienne un pays où règne la paix et la justice.

J’invite le peuple congolais dans son ensemble à adhérer à cette solution salutaire pour la République.

 

Le 10 janvier 2018.

 

Fweley Diangitukwa

Politiste et essayiste

Auteur de « Comment mettre fin à une dictature solidement installée », Paris, L’Harmattan, 2017.

http://www.fweley.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :