Tag Archives: Afrique

Ma réponse aux propos du président français, Emmanuel Macron, sur le nombre d’enfants par couple en Afrique

26 Juil

Ma réponse aux propos du président français, Emmanuel Macron, sur le nombre d’enfants par couple en Afrique

Tout au long de ma vie et de mes publications, j’ai détruit l’une des plus célèbres citations du premier président sénégalais, Léopold Sédar Senghor qui a dit que « l’émotion est nègre, la raison est hellène« . En réalité, l’émotion se trouve chez tous les peuples et chez toutes les races, c’est la façon de l’exprimer qui diffère. Elle n’est donc pas nègre. Senghor, qui était lui-même un nègre l’oubliait et s’arrangeait du côté de la raison. Ceux qui veulent en savoir plus peuvent lire mon ouvrage « Quand les Africains se réveilleront, le monde changera« , éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, janvier 2016. Le plan Marshall n’est pas à confondre avec le concept d’aide au développement. Lorsque les Etats-Unis mettaient en place le plan Marshall au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ils cherchaient des partenaires pour relancer l’économie mondiale. Les Européens ne demandaient pas de l’aide auprès des Américains mais des échanges économiques. Les Africains ne nient pas l’existence du problème démographique dans leur continent et ils sont en train de le résoudre eux-mêmes. Dans les années 1950, nos parents avaient entre 6 et 8 enfants, cela n’est plus le cas aujourd’hui car cette moyenne a baissé. Les chiffres des démographes africains sont là pour le confirmer. Il n’est donc pas du devoir du chef de l’Etat français d’humilier publiquement les Africains alors que la question posée concernait le plan Marshall, c’est-à-dire la possibilité de créer un partenariat économique entre l’Occident et l’Afrique pour donner un nouvel élan à l’économie africaine, comme dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Notez que l’Europe a aussi son propre problème démographique, qui est à l’opposé mais les chefs d’Etat africains n’humilient pas les Occidentaux sur la place publique en se moquant d’eux. Nous avons besoin que les Occidentaux nous respectent après avoir nous dénigré depuis le XVe siècle. Soit nous le savons soit l’ignorons. Quant au reste, je vous renvoie à ce que j’ai écrit hier qui résume ma pensée sur la réponse donnée par le président Emmanuel Macron.

Pour développer les treize colonies britanniques, l’Occident avait recouru à la traite négrière, c’est-à-dire qu’il avait eu besoin d’enfants nés des ventres de femmes africaines. Pour développer l’Europe pendant la colonisation, la métropole avait besoin de bras des Africains en grand nombre, c’est-à-dire des ventres de femmes africaines. Lorsque Adolph Hitler avec les nazis ont envahi l’Europe pendant les deux guerres mondiales, la France a sollicité les soldats nègres sortis des ventres de femmes africaines pour sauver l’Europe. Pour construire des métros en France, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et ailleurs, l’Occident s’est appuyé sur la main-d’œuvre noire sortie des ventres de femmes africaines, etc. Oui, les ventres de femmes africaines ont tout donné à l’Europe pour contribuer à son développement. Mais, après avoir tout reçu, le président Macron, dans une ingratitude déroutante, nous donne une réponse méprisante pour humilier publiquement l’Afrique. Il nous dit que le problème africain est d’ordre « civilisationnel ». Mais d’où est venue la civilisation en Occident, n’est-ce pas de la Grèce antique qui avait pillé la culture de l’Egypte antique ? N’est-ce pas du soldat Alexandre de Macédoine qui avait pillé la bibliothèque des savants égyptiens qu’il confia à son ami Aristote qui publia cette sagesse égyptienne en son nom ? Soit on ignore l’histoire et on se permet de dire n’importe quoi, soit on connaît l’histoire et on respecte les races et les femmes africaines. Je ne vois pas une race qui se régénère en refusant de procéder. Pour se développer, une entreprise ou un pays a toujours besoin de bras. C’est l’intelligence des hommes qui fabrique des machines et pas l’inverse. Quant à la limitation du nombre d’enfants, c’est une question privée qui regarde chaque couple et chaque peuple. Or, aucun couple africain (même pas le journaliste qui lui a posé la question) n’a écrit au président français pour lui demander de l’argent afin de subvenir aux besoins de ses enfants. le journaliste a posé la question sur un possible partenariat entre l’Europe et l’Afrique (plan Marshall). Au lieu de répondre à la question, le président Macron en a profité pour humilier publiquement les Africains. Enfin, nous devons dire que la France n’a jamais aidé l’Afrique. Alors jamais. Elle renvoie une partie du bénéfice qu’elle réalise sur le pillage des ressources naturelles de ce continent. L’aide au développement consentie par les pays occidentaux est un grand mensonge car elle n’a jamais existé. Ce concept est un slogan creux, sinon où l’Occident trouve-t-il l’argent avec lequel il prétend aider l’Afrique ? A travers l’histoire, c’est l’Occident qui a toujours eu besoin de l’Afrique, depuis les guerres puniques, et jamais le contraire car l’Afrique se suffit à elle-même. Les Africains doivent refuser de se laisser humilier sur la place publique car ils ont déjà assez subi. Sarkozy a dit au Sénégal que l’Afrique n’est jamais sortie de l’Histoire alors que l’Histoire de l’Humanité vient justement de l’Afrique. Qui donc est un ignorant ? Je demande aux Occidentaux de construire l’avenir avec les Africains, car le développement n’est pas une question « civilisationnnelle », comme le pense par ignorance le président Macron, il est cyclique. Après l’Occident (du XVe siècle au XXIe siècle), ce sera l’Asie (de la fin du XXIe siècle à ???), puis, ce sera le tour de l’Afrique. C’est écrit. Ne l’oublions pas.

Le problème de l’Afrique n’est pas « civilisationnel » comme le prétend Macron, il est d’abord d’ordre culturel (c’est-à-dire l’ignorance des autres cultures et les stratégies des grandes puissances) et il est ensuite d’ordre stratégique (c’est-à-dire comment renverser les rapports de force entre dominants et dominés). Il appartient aux Africains de poursuivre le travail commencé par N’Krumah, Cheik Anta Diop, poursuivi par Obenga et les autres. C’est notre « intelligence collective » et notre constance qui libéreront l’Afrique. Malheureusement, de nombreux Africains vivent sans comprendre qu’ils ont une mission à remplir pendant leur séjour sur terre.

Fweley Diangitukwa

24 juillet 2017

Un article de Fweley Diangitukwa sur la lointaine origine de la gouvernance en Afrique dans la Revue « Gouvernance » publiée par l’Ecole des études politiques de l’Université d’Ottawa

9 Août

Chers Compatriotes,

J’ai l’immense joie de vous informer que la prestigieuse Revue canadienne « Gouvernance », publiée par l’Ecole des sciences politiques de l’Université d’Ottawa, au Canada, vient de publier mon article sur « La lointaine origine de la gouvernance en Afrique ». Ouvrir ce lien pour lire l’article :

 http://www.revuegouvernance.ca/images/content/Spring2007/fweley.pdf

Si deux seules sources étaient régulièrement citées jusqu’à présent – à savoir la corporate governance dont les entreprises états-uniennes sont la référence et la multilevel governance dont l’Etat allemand est la référence –, je viens d’innover en ajoutant une troisième source : l’arbre à palabres dont l’Afrique est la référence.

Par ailleurs, un professeur et chercheur belge que je ne connais pas a eu la gentillesse de m’élever au rang de « savant » après avoir lu mon œuvre. Depuis qu’il s’est publiquement exprimé, mon travail suscite de l’intérêt dans différents milieux académiques. Ci-dessous ses « fleurs » à mon égard :

18 June 2010, 13:50

  #1118

Burger

Geregistreerd: 2 November 2009

Locatie: Camping de l’Hirondelle, Oteppe (Hotep)

Berichten: 110


Eindelijk! Acacademische erkenning voor Polycarpe B. Brisset!Geleerde Collegae, ik ben heden vereerd dat mijn Roem zich uitbreidt en dat de mooie naam van Polycarpe Bienvenüe Brisset glorieus wedergalmt in acacademische kringen! In zijn Geleerd Boek
La thèse du complot contre l’Afrique: Pourquoi l’Afrique ne se développe pas vermeldt de Geleerde Savant Fweley Diangitukwa, die wij allen toejuichen, mijn naam en titels. Hij heeft wellicht nog niet veel meer gelezen van onze Belangrijke Werken, maar het is een aardig begin.
Speciale dank aan Jeaninne, die een noveenkaars voor Sint-Godeleine gebrand heeft opdat mijn naam vereeuwigd zoude worden.
Ontkurkt mede met mijn echtgenote Jeaninne een fles acacademische erewijn.
Uw Polycarpe (zeg maar Paul, ondanks mijn Roem en Palmen)

__________________
La Nature ne fait que prêter les Grands Hommes à la Terre. Ils s’élèvent, brillent, disparaissent : Leur exemple et leurs ouvrages restent.

Je vous transmets mes salutations et mes amitiés.

Fweley Diangitukwa