Tag Archives: crise congolaise

Lu pour vous : Bruno Tshibala, Premier ministre. Et alors ?

22 Avr

Bruno Tshibala, Premier ministre. Et alors ?

Par Lomomba Emongo

Chacun en est témoin. Le 19 décembre 2016, Joseph Kabila outrepassait son mandat constitutionnel comme chef de l’État. Sa légitimité sur mesure, issue du « dialogue » conduit par Edem Kodjo sous l’égide de l’Union africaine ne dura que le temps d’en parler. Un petit mois plus tard, Kabila et son Premier ministre également sur mesure, couvrira le sieur Edem Kodjo de ridicule en se précipitant dans le nouveau dialogue conduit cette fois-ci par la CENCO. Un peu plus de trois mois après la signature de l’Accord dit de la Saint-Sylvestre, sous les auspices de ladite CENCO, le même Kabila couvrira à leur tour les évêques de ridicule en ignorant purement et simplement leurs efforts de médiation, en consultant l’opposition pour l’énième fois pour son propre compte. Le 6 avril dernier, il se fixait un délai de 48 heures pour se doter (plus que pour doter le Congo) d’un Premier ministre bien évidemment sur mesure. Ainsi fut nommé Bruno Tshibala, un transfuge de l’UDPS de feu Étienne Tshisekedi, Premier ministre de transition. Alors que cette comédie réjouit certains et fait grincer des dents à d’autres, je me dis : « Bruno Tshibala, Premier ministre de transition. Et alors ?» En effet, je ne m’attendais à absolument à rien de moins de la part de J. Kabila. D’autant que ce qui se passe aujourd’hui s’est déjà vu au Congo-Kinshasa. 1965 : Joseph Kasavubu, président de la république, joua avec le feu en nommant Évariste Kimba, contre Moïse Kapend-Tshombe dont la CONACO avait réuni 122 députés sur 167. Mal lui en prit le 25 novembre 1965. Mobutu, le tombeur de Kasavubu, s’amusa à son tour à changer de Premier ministre de transition (Ngunz Karl-I-Bond, MungulDiaka, Birindwa, Likulia, etc.) contre la volonté de la CNS qui avait élu Étienne Tshisekedi. Mal lui en prit le 7 mai 1977. De sorte qu’en nommant Bruno Tshibala en lieu et place de Félix Tshisekedi, candidat pressenti du Rassemblement au poste de Premier ministre, J. Kabila n’innove pas en réalité. Si je me demandais ce que vaut à ses yeux Brunon Tshibala ? Je me répondrais : certainement pas davantage que son prédécesseur, Samy Badibanga, le Premier ministre de 4 mois. Que voilà un nouveau jouet dans ses mains, qu’il ne se privera pas de jeter à la poubelle après bref usage. J’exagère ? Voici mes arguments.  Je ne serais pas étonné si Bruno Tshibala s’avérait un Premier ministre de transition parfaitement inutile pour le peuple du Congo, parce docile au diktat de J. Kabila, à l’instar d’un Samy Badibanga de dorénavant triste mémoire. Ce qui sera le cas s’il dure les 9 mois de la transition, soit jusqu’à l’élection et à l’assermentation du nouveau président de la république qui s’empressera de s’en débarrasser.  Je ne serais pas surpris non plus si Bruno Tshibala était déposé sans autre forme de procès et sans la moindre considération (comme un certain Samy Badibanga), à la moindre velléité d’insoumission de sa part au diktat de J. Kabila à qui il doit, seul, son 2 poste. Et pour qui il n’a pas hésité à quitter les rangs du Rassemblement dont il voudra sans aucun doute se réclamer pour faire Premier ministre issu de l’opposition à J. Kabila.  Je ne crois pas me tromper en affirmant que le rôle véritable de Bruno Tshibala à la primature du Congo, aux yeux de J. Kabila, est de mieux diviser et d’affaiblir davantage l’opposition, particulièrement celle cristallisée dans le Rassemblement depuis la rencontre de Genval (Belgique). D’autant plus que le sieur Tshibala n’est à proprement parlé plus tout à fait de l’opposition, puisqu’il est désormais au pouvoir – comme, avec et grâce à J. Kabila.  Que Bruno Tshibala joue sans faute la partition d’homme de paille, écrite à l’avance pour lui, ou non, je ne doute pas que l’heure de vérité ne tardera pas à sonner pour lui (qu’il demande à Samy Badibanga ce qu’il pense de J. Kabila). Par exemple lorsqu’il sera amené à choisir entre les revendications légitimes du peuple excédé et le diktat de J. Kabila en collusion avec les intérêts rwandais, ougandais et occidentaux au Congo. Dans le premier cas de figure, il pourrait à la limite se racheter un improbable crédit politique en claquant la porte (las, Vital Kamhere ne s’est jamais remis d’avoir servi J. Kabila jusqu’à la servilité !). Dans le deuxième cas de figure, il normalisera son statut d’homme de paille et d’ennemi de la souveraineté du Congo avant d’entrer dans les oubliettes de l’histoire (qu’est devenu un Faustin Birindwa d’aussi triste mémoire ?).  J’espère me tromper, mais quelle que sera l’attitude du Premier ministre Bruno Tshibala, sa primature hors de toute légitimité, même celle politique, issue de l’Accord dit de la Saint-Sylvestre, est vouée à se terminer dans la douleur. Pour le peuple du Congo qui devra tout recommencer, davantage que pour lui, qui ne tient qu’à la seule volonté de J. Kabila aux abois. Je ne doute pas en effet que le clash arrivera, sinon tout de suite lors de la nomination des ministres et des mandataires de l’État par exemple, alors un peu plus tard lors d’un inévitable affrontement avec le diktat de J. Kabila à propos d’une probable tentative de modification de la constitution ou de l’organisation des élections si peu transparentes se veuillent-elles – à moins de la soumission à J. Kabila.  À la lumière de ce qui précède et jusqu’à preuve du contraire, je reste persuadé que le gouvernement Tshibala n’est qu’un intermède dans le plan de J. Kabila de conserver le pouvoir coûte que coûte. Que, par conséquent, cet intermède constitue une forme machiavélique de prolongation de l’imbroglio politique, sans le moindre souci pour le haut intérêt du peuple du Congo. D’une part, je ne vois pas comment J. Kabila qui a survécu au 19 décembre 2016 et à l’Accord dit de la Saint-Sylvestre se formaliserait pour survivre à un gouvernement dont il est la seule raison d’être ; d’autre part, je vois d’ici J. Kabila organiser de nouvelles consultations ou négociations autour d’une énième transition, à moins que ce ne soit d’un référendum en vue de la révision constitutionnelle devant lui permettre de se représenter à la prochaine élection 3 présidentielle – sous réserve que l’opposition se montre à la hauteur de sa tâche, pour une fois. Dois-je le redire, Bruno Tshibala n’a aucune chance de réussir. Il n’en a aucune de s’imposer comme le chef de gouvernement issu de l’opposition, notamment en tenant tête à J. Kabila. Il n’en a pas davantage de s’imposer comme le Premier ministre de transition attendu, ayant mandat de conduire le pays vers des échéances électorales et disposant pour ce faire des moyens de sa politique, tous les instruments de la souveraineté étant à ce jour sous le strict contrôle de J. Kabila. Cela dit, ma véritable préoccupation se trouve ailleurs. Je me répète à dessein : « Bruno Tshibala, Premier ministre. Et alors ?» J’y entends que J. Kabila, homme fort du Congo, est un couteau à double tranchant. Certes, Bruno Tshibala lui doit tout. Mieux, il y a des chances, s’il veut se survivre au pouvoir, qu’il lui obéisse au doigt et à l’œil. Mais c’est ce que va faire l’opposition cristallisée dans le Rassemblement qui sera déterminant pour l’issue de sa primature. Pour la sortie de crise. Pour l’alternance politique au sommet ou la prolongation de J. Kabila au pouvoir. Je suppute trois attitudes possibles du Rassemblement.  Le Rassemblement s’époumonant à contester la nomination de Bruno Tshibala. Le cas échéant, elle consoliderait la position de J. Kabila, arbitre suprême au-dessus de la mêlée, à qui il serait ainsi demandé de réviser sa décision. Avec, en prime, une nouvelle course à la primature (pour seulement 9 mois, et encore !). Pour dire le moins des divisions que le Rassemblement devra gérer, le cas échéant, entre les pour et les contre Tshibala, les plus et les moins introduits auprès de J. Kabila.  Le Rassemblement ignorant J. Kabila et son Premier ministre de pacotille. Ce qui lui permettra de se concentrer sur la contestation non pas d’une nomination sans avenir, mais bien de J. Kabila en personne comme chef de l’État. Ce serait l’occasion de marteler le message que tous les Congolais et toutes les Congolaises ont déjà parfaitement intégré : ne jouissant d’aucune légitimité– à plus forte raison son Premier ministre sur mesure – J. Kabila doit partir d’ici la fin de l’année 2017.  Le Rassemblement anticipant et désignant son candidat à l’élection présidentielle à venir. Les difficultés prévisibles du gouvernement Tshibala lui serviraient alors d’arguments électoralistes. Ce serait, du reste, le moment d’intensifier l’occupation du terrain électoral dans l’arrière-pays généralement laissé pour compte. Le moment, aussi, d’affûter sa critique au bilan plus que catastrophique de J. Kabila à la tête du pays. Que va faire le Rassemblement ? Saura-t-il capitaliser sur l’échec annoncé du tandem Kabila-Tshibala pour prendre résolument et pour une fois le parti du peuple, en lieu et place des tractations qui n’ont jamais servi qu’à prolonger ce que Jean-Paul Sartre appelait « la solution néocolonialiste » ? Tiendra-t-il uni le temps qu’il faut, pour imprimer au Congo-Kinshasa le tournant décisif de son histoire depuis la mise en échec du gouvernement Lumumba ?

Publicités

Crise congolaise : la voie de sortie

20 Oct

Crise congolaise : la voie de sortie

Par Fweley Diangitukwa

L’Accord Politique de MM. Edem Kodjo et Vital Kamerhe n’a aucune valeur car il n’a ni base juridique, ni base populaire, du fait que le quorum de juges n’a pas été atteint conformément à l’article 90 de la Loi organique de cette institution qui dispose : « La Cour ne peut valablement siéger et délibérer qu’en présence de tous ses membres, sauf empêchement temporaire de deux d’entre eux au plus dûment constaté par les autres membres ». Or, seuls cinq juges ont siégé au lieu de sept au minimum. Le Congo est maintenant entré dans une impasse totale et le pouvoir actuel n’a plus que la force pour s’imposer car il vient d’épuiser toutes les voies juridiques. Le rapport de l’Accord Politique est donc bon pour les archives car les juristes et les politologues sérieux n’y accordent aucune importance. Une page vient d’être tournée. Tout le monde a maintenant découvert le but cynique poursuivi par ceux qui ont bénéficié de largesses du Trésor public par un per diem substantiel. Comme pour les Concertations nationales, le peuple a encore été floué.

Nous avons déjà dit que les principaux concernés ne sont pas signataires dudit Accord Politique, à savoir le chef de l’Etat et la Commission Electorale  Nationale Indépendante. N’étant pas liés par leur signature, ils peuvent ou ne pas respecter le contenu de cet Accord et changer d’avis en annonçant, par exemple dans une année, l’impossibilité d’organiser les élections en avril 2018.

En prévoyant de nommer un Premier ministre issu de l’opposition, l’Accord Politique a subtilement mis fin à la Constitution actuelle et appelle à la rédaction d’une nouvelle Constitution. L’Accord Politique est un piège à dénouer rapidement. Ce document ne peut pas et doit pas rencontrer l’assentiment du peuple congolais qui n’a pas été associé au dialogue (principe d’inclusivité).

Les politologues et les sociologues (spécialistes de la sociologie politique) ne parlent plus de rationalité absolue qui a été abondamment critiquée mais de rationalité limitée. Or, dans le cas du présent Accord Politique, les deux niveaux de rationalité n’ont pas été atteints (se référer aux auteurs suivants pour en savoir plus : Herbert A. Simon, Cyert et March, Charles Linblom, Gigerenzer, etc.).

Il reste deux voies de sortie : une mauvaise et une bonne.

La mauvaise consiste à voir le pouvoir actuel recourir à la force pour imposer l’Accord Politique qui n’a ni base juridique ni base populaire et obtenir ce qu’il n’a pas obtenu par la voie légale mais, en recourant à ce mauvais choix, il va renforcer son impopularité et son rejet par le peuple congolais. La bonne voie consiste à organiser un autre dialogue – inclusif cette fois – qui regroupera les membres du Rassemblement de l’Opposition et la Mouvance présidentielle (ainsi que ses nouveaux adhérents présents à la Cité de l’OUA) et la Société civile.

Pour éviter une perte de temps, la direction du dialogue inclusif sera confiée à une Organisation qui maîtrise le dossier congolais et qui sera assistée par des représentants de trois ou quatre Organisations internationales. Elle aura pour tâche principale de faire respecter la Constitution actuelle (article 220) et la Résolution 2277 de l’ONU et de tracer la voie de l’avenir pour éviter l’anarchie actuelle voulue par le pouvoir sortant. L’Eglise catholique serait un bon choix. La durée du dialogue doit, dans un tel cas, être réduite à plus ou moins deux semaines. D’une façon ou d’une autre, les acteurs qui ont été la cause du conflit ne peuvent pas être une solution au problème, ceci revient à dire qu’ils ne peuvent pas diriger la période de transition qui devra être courte.

L’observation de la journée ville morte décrétée par le Rassemblement de l’Opposition, le mercredi 19 octobre 2016, massivement suivie sur l’ensemble du territoire national et respectée même par les acteurs de la Mouvance présidentielle, est la preuve irréfutable du rejet du régime actuel par le peuple (lire notre livre publié en 2015 et intitulé Les Congolais rejettent le régime de Kabila, sous la direction de Fweley Diangitukwa, éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle).

Cette seconde voie est la seule et unique solution pour sortir le pays de l’impasse actuelle. Il n’est pas sûr que ceux qui cherchent à se maintenir au pouvoir par la force aient gain de cause car, tôt ou tard, ils seront emportés par le vent populaire qui vient. Dans l’histoire, les armes (violence) n’ont toujours pas eu raison sur le choix du peuple. Le Congo d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier et le nombre de morts, de femmes et d’hommes arrêtés et emprisonnés arbitrairement, a aidé le peuple à mûrir et à être plus exigeant, plus déterminé et plus revendicatif. Il veut l’alternance le 19 décembre 2016 et rien d’autre. Qu’on la lui donne conformément à l’article 220 de la Constitution. C’est l’unique voie de sortie qui garantit le retour à la paix.

Nous devons placer, à la tête de la République, des femmes et des hommes qui ont véritablement le sens de l’Etat, qui respectent scrupuleusement la Constitution et qui savent rendre compte aux citoyens. Pour que la paix revienne, il est nécessaire que ceux qui n’ont pas voulu organiser les élections assument leur responsabilité en quittant pacifiquement le pouvoir le 19 décembre 2016 pour sauver la République.

Fweley Diangitukwa

Le 20 octobre 2016