Archive | juin, 2013

30 juin 2013

29 Juin

 

Par Dr Fweley Diangitukwa

Chers Compatriotes,

Mesdames et Messieurs, 

30 juin 1960 – 30 juin 2013 : 53 ans de vie sans liberté, 53 ans de soumission totale. Je pleure dans mon cœur comme un enfant sans parents, car la situation sécuritaire à l’Est du Congo n’a pas changé. Elle s’est même détériorée avec l’apparition du M23 soutenu par le Rwanda et les firmes transnationales qui pillent les ressources naturelles à l’Est. Il n’y a donc aucune raison de fêter ce 30 juin 2013.

La situation sécuritaire et humanitaire reste très préoccupante car il y a une escalade des violences et le déplacement des civils. Les femmes sont toujours violées et les violeurs ne sont ni poursuivis ni punis. La peur qui règne à l’Est de la République provoque des mouvements significatifs de personnes déplacées et de réfugiés.

Vu du Nord, la RDC est toujours considérée comme une colonie à la seule différence que ce sont des mercenaires africains et des Congolais cupides qui gouvernent à la place des colons belges. L’actuel chef de l’Etat est le Représentant attitré des intérêts étrangers, c’est-à-dire des pays et des firmes qui se croient être les propriétaires des ressources naturelles du Congo. Ce sont eux qui dictent la loi et qui attendent de l’obéissance de la part de leurs affidés locaux. Les nationaux qui refusent de s’inscrire dans cette logique n’ont aucune chance d’être élevés au rang de dirigeants de l’Etat congolais. L’Occident s’appuie sur des personnes à la nationalité douteuse ou ayant déjà acquis une nationalité étrangère et faisant allégeance aux intérêts étrangers. Pour donner une preuve, M. Katumba Mwanke, l’ancien coffre-fort du régime de M. Joseph Kabila, a été tué parce qu’il était l’homme des Chinois. Pour ne pas perdre le Congo, il a été décidé d’écarter celui qui a signé le contrat avec les Chinois de la scène politique. Il est mort prématurément à cause de sa cupidité et de sa naïveté. Et depuis sa disparition mystérieuse, on ne parle plus de cinq chantiers. Les relations sino-congolaises existent toujours mais elles ont reçu un coup de massue. Cette mort tragique illustre la soumission des autorités congolaises aux puissances étrangères.

Il est de notoriété publique que le président Museveni est l’homme des Britanniques tandis que M. Kagame est largement soutenu par les Anglo-saxons. Les Belges, qui ne sont pas une puissance militaire, sont devenus de simples exécutants dans les relations entre la RDC et les grandes puissances. Alors que ces grandes puissances utilisent les présidents Museveni et Kagame pour imposer leur volonté aux Congolais à travers le chef de l’Etat de notre pays et pour piller les ressources naturelles du Congo dont les firmes transnationales ont besoin pour leur économie et leur développement, c’est à Kampala, en Ouganda, que les Congolais sont invités pour négocier. Pouvait-on voir les Français se rendre dans l’Allemagne nazie pour négocier la paix pendant la Seconde Guerre mondiale ou pendant la guerre froide ? Certains Congolais ont déjà perdu leur âme et le sens de l’honneur et se conduisent désormais comme les moutons de Panurge. Ils sont plus intéressés par ce qui tombe dans leur poche que par le sort de notre nation.

Les chefs d’Etats des Grands Lacs ne sont pas aimés par le simple fait d’être des êtres humains semblables aux autres mais simplement parce qu’ils facilitent le pillage des économies africaines. Ils ressemblent aux chiens de chasse que les chasseurs envoient dans la forêt pour débusquer les animaux de leur espère. Mais pendant le festin, c’est sous la table, assis par terre, que le chien attend la récompense de son maître. Malgré cela, il balance sa queue lorsqu’il reçoit les os – rarement la viande – que son maître lui jette. Les chefs d’Etats des Grands Lacs se comportent ainsi. Ils servent les intérêts de leurs maîtres occidentaux au détriment de ceux de leur peuple. Ce sont des complexés.

Le Congo est tombé bas, très bas. Nous avons perdu notre honneur et le sens de la lutte menée par nos aïeux et par les Pères de notre indépendance. Nous, Congolais, devons avoir honte d’être encore sous le joug colonial et d’être gouvernés, non par des hommes libres, mais par des hommes soumis aux puissances étrangères.

Dois-je dire que Patrice Lumumba est mort pour rien ? Lui qui a été élevé au rang de héros national par son bourreau afin de faciliter le pillage des ressources naturelles du Congo ? Dois-je penser que Chebeya, Tungulu et tant d’autres ont été assassinés par les hommes du pouvoir sans espoir d’être vengés. Sommes-nous devenus un peuple amorphe et irresponsable ? Sommes-nous tellement habitués à être dominés et dirigés par des incompétents que nous n’osons plus nous organiser pour refuser le pouvoir de ceux qui gouvernent par défi, après avoir organisé des fraudes électorales ?

Je rappelle que les soldats rwandais qui opèrent dans le Kivu sont ceux qui sont revenus du Soudan (Sud-Soudan) après la division de ce pays en deux parties. Ils ont été envoyés à l’Est de la RDC pour renforcer les soldats rwandais qui s’y trouvaient déjà en appui aux rebelles de M23 issus du CNDP. Le président Paul Kagame n’a pas besoin de leur présence à Kigali car ils sont un danger pour son pouvoir. Il doit donc les utiliser en les mettant constamment en mouvement afin de les occuper ainsi. La puissance de feu, le nombre subitement important des effectifs militaires engagés dans les hostilités contre les FARDC et l’aggravation de la situation sécuritaire dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu, s’expliquent par cette présence massive des soldats rwandais revenus du Soudan et rapidement affectés à l’Est du Congo. 

Le Rwanda travaille en complicité avec Kigali et avec les autorités congolaises qui envoient régulièrement des émissaires auprès du président Kagame. Les trois chefs d’Etat, à savoir MM Museveni, Kagame et Kabila sont étroitement liés et ils sont au service des mêmes maîtres. Qu’on ne nous dise pas le contraire ! Pour ces chefs d’Etats africains, pour les Etats puissants et pour les firmes transnationales, la RDC est toujours un business comme du temps de la colonie. En réalité, rien n’a changé à part notre illusion d’être un Etat indépendant.

Le Rwanda est le principal bras exécutant des puissances occidentales qui opèrent dans notre pays. Ceux qui ont lu les livres sur la guerre à l’Est du Congo le savent, entre autres livres je cite Noir Canada et Carnages de Pierre Péan. Ces livres, comme tant d’autres, méritent d’être lus afin de mieux comprendre ce qui nous arrive. Ne nous leurrons pas, nous sommes toujours colonisés et c’est pourquoi nous devons nous battre pour sortir de la servitude.

Nous avons le devoir de poursuivre la mission de Kimpa Vita, N’Siri, Kimbangu, Lumumba, Kasa-Vubu. S’il n’y avait pas eu Mandela et ses compagnons de l’ANC, l’Afrique du Sud ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Soyons à notre tour des héros pour le destin de notre Congo. Je nous invite de faire tomber la peur car on ne change pas la vie d’un peuple avec la peur. Levons-nous et allons de l’avant. Demain, nos enfants parleront de nous en bien. Aimons le Congo du même amour de Kimpa Vita et Kimbangu. Résistons contre la volonté de tous ceux qui font perdurer l’ordre colonial et impérial dans notre pays. Le Congo est une res publica, une chose publique, il n’est pas la propriété d’un tel ou d’un tel autre. Il appartient à tous les Congolais de souche. Je salue à distance Djamba Yohé qui, depuis le Canada, ne dort jamais afin de veiller sur le Congo de Lumumba. A travers lui, je salue tous les résistants congolais éparpillés à travers le monde qui se battent jour et nuit pour que l’avenir de notre pays change. Grâce à nos efforts, nous vivrons demain une autre réalité. Ne baissons jamais les bras. La victoire est au bout de notre combat. Restons des femmes et des hommes debout. Le 30 juin de cette année doit nous donner plus de force et plus d’énergie pour un meilleur avenir. Il n’y a aucune raison de nous réjouir car nous sommes encore, hélas, des hommes dominés : extérieurement et intérieurement. Nous ne nous gouvernons pas librement. Nous ne sommes donc pas des femmes et des hommes libres. Pensons aux Congolais qui sont morts dans la tristesse et à tous les innocents emprisonnés par le régime actuel pendant que les plus grands criminels se promènent librement, sans être inquiets, parce qu’ils sont protégés par leur compère au pouvoir.

Pour l’amour du Congo, je salue tous ceux qui ont le sang congolais dans leurs veines. Ce 30 juin 2013 est un jour triste. Réveillons-nous et unissons-nous pour sauver le Congo de Kimbangu, de Lumumba et de Kasa-Vubu.

Fweley Diangitukwa

http://www.fweley.wordpress.com

Publicités