Archive | juillet, 2014

Lu pour vous : Les Etats-Unis ont décidé de bloquer les biens de certains décideurs congolais

23 Juil

La situation qui prévaut au Congo considérée comme une grave menace pour les USA.  Conformément à la Loi sur les Pouvoirs Economiques d’Urgence Internationale (50 USC 1701 et suiv.) (IEEPA), je déclare par la présente que j’ai signé un

Décret prenant des mesures supplémentaires par rapport à la situation d’urgence nationale déclarée dans le décret 13413 du 27 Octobre 2006 (E.O. 13413).

Il avait été déterminé dans le décret 13413 que la situation en rapport avec la République Démocratique du Congo a été marquée par une violence généralisée et des atrocités qui continuent de menacer la stabilité régionale. Elle avait été examinée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies dans la résolution 1596 du 18 Avril 2005 et la Résolution 1649 du 21 Décembre 2005, la Résolution 1698 du 31Juillet 2006, et constitue une grave menace pour les Etats-Unis. Pour faire face à cette menace, le décret 13413 bloque les biens et les intérêts des personnes visées à l’Annexe du décret 13413 ou fixé par le Secrétaire au Trésor, en consultation avec le Secrétaire d’Etat, pour répondre aux critères spécifiés dans le Décret 13413.

Considérant plusieurs Résolutions antérieures du Conseil de Sécurité des Nations Unies incluant, plus récemment, la Résolution 2136 du 30 Janvier 2014, je donne l’ordre de prendre des mesures conservatoires pour faire face à la situation d’urgence nationale déclarée dans le Décret 13413, et d’examiner la question du prolongement des activités qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la République Démocratique du Congo et de la région environnante, y compris les opérations des groupes armés, la violence généralisée et les atrocités, les violations des droits humains, le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, les attaques contre les soldats de la paix, l’obstruction des opérations humanitaires et l’exploitation des ressources naturelles pour financer des personnes engagées dans ces activités.

Tel que spécifié par l’Ordonnance, le Décret 13413 prévoit la désignation de personnes déterminées par le Secrétaire au Trésor, en consultation avec le Secrétaire d’Etat :
• être un leader politique ou militaire d’un groupe armé étranger opérant en République Démocratique du Congo qui entrave le processus de désarmement, démobilisation, rapatriement volontaire, réinstallation, ou réinsertion des combattants;
• être un leader politique ou militaire d’un groupe armé congolais qui entrave le désarmement, la démobilisation, le rapatriement volontaire, la réinstallation, ou la réinsertion des combattants;
• être responsable ou complice ou avoir participé, directement ou indirectement, à une des opérations suivantes en République Démocratique du Congo:
• actions ou politiques qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la République Démocratique du Congo:
• actions ou politiques qui minent les processus démocratiques ou les institutions de la République Démocratique du Congo;
• le ciblage des femmes, des enfants ou des civils en commettant des actes de violence (y compris les meurtres, les mutilations, la torture ou le viol ou d’autres violences sexuelles), l’enlèvement, le déplacement forcé, ou les attaques contre les écoles, les hôpitaux, les sites religieux, ou les endroits où des civils ont trouvé refuge, ou par une conduite qui constituerait un grave abus ou une violation des droits humains ou une violation du droit international humanitaire;
• l’utilisation ou le recrutement d’enfants par des groupes armés ou des forces armées dans lé contexte de conflit en République Démocratique du Congo:
• l’obstruction de la livraison ou la distribution, ou l’accès à l’aide humanitaire;
• les attaques contre les missions des Nations Unies, les forces internationales de sécurité, ou d’autres opérations de maintien de la paix; ou le soutien aux personnes, y compris les groupes armés impliqués dans des activités qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la République Démocratique du Congo ou qui sapent les processus démocratiques ou des institutions de la République Démocratique du Congo, à travers le commerce illicite des ressources naturelles de la République Démocratique du Congo; sauf si destiné à l’appui autorisé des activités humanitaires ou l’utilisation autorisée par les forces internationales de maintien de la paix, gouvernementales, d’avoir directement ou indirectement fourni, vendu ou transféré à la République Démocratique du Congo, où avoir été le destinataire sur le territoire de la République Démocratique du Congo des armes et matériels connexes, y compris les aéronefs militaires et de l’équipement, ou avoir conseillé, formé ou apporté de l’aide, y compris le financement et l’aide financière liée aux activités militaires;
• être un leader d’(i) une entité, incluant tout groupe armé, qui a, ou dont les membres sont engagés dans l’une des activités décrites ci-dessus ou (ii) une entité dont les biens et les intérêts sont bloqués en vertu du Décret 13413;
• avoir aidé matériellement, sponsorisé, ou fourni un soutien financier, matériel, logistique ou un appui technique, ou des biens ou services à l’appui de (i) l’une des activités décrites ci-dessus ou (ii) toute personne dont les biens et intérêts sont bloqués au titre du Décret 13413; ou être détenue ou contrôlée pour avoir agi ou prétendu agir pour le compte directement ou indirectement, de toute personne dont les biens et intérêts dans des biens sont bloqués en vertu du Décret 13413.
J’ai délégué au Secrétaire au Trésor, en consultation avec le Secrétaire d’Eta, le pouvoir de prendre de telles mesures, y compris la promulgation des règles et des règlements, et d’utiliser tous les pouvoirs conférés au Président par 1EEPAet la Loi sur la participation des Nations Unies qui peuvent être nécessaires à la réalisation des buts de l’Ordonnance. Toutes les agences du gouvernement des – Etats-Unis sont invitées à prendre toutes les mesures appropriées relevant de leur compétence pour appliquer les dispositions de l’ordonnance.
Je joins une copie du décret que j’ai publié.
BARACK OBAMA

Publicités

Gorée, la porte du voyage sans retour

12 Juil

Comment l’Occident humilia l’Afrique : ouvrir ces liens pour le savoir

http://www.youtube.com/watch?v=XMchSdnJCBw

http://www.youtube.com/watch?v=dpjHYRtD_14

http://www.youtube.com/watch?v=v58HVlwSgvA

http://www.youtube.com/watch?v=XP95LKwdh2k

http://www.youtube.com/watch?v=ghOq9PI2OOw

English

http://www.youtube.com/watch?v=RRSGknxiOgk

Gorée [Beer est le nom endogène de l’île de Gorée], la porte du voyage sans retour.

Nous plaçons ces  liens sur notre site afin que les générations actuelles et futures sachent ce que l’Afrique noire a subi de la part de l’Occident qui se disait chrétien et qui se donnait la mission de « civiliser » de l’Humanité afin que cette histoire horrible ne se répète plus.

La traite négrière a été voulue et décidée par l’Eglise catholique, par un prêtre espagnol précisément, car l’Eglise catholique pensait que le Nègre n’était pas une créature de Dieu et n’avait pas conséquemment d’âme, pas d’histoire ni de civilisation. Il était semblable à un animal de somme qui devrait être utilisé violemment et exploité horriblement pour permettre le développement de l’Occident.

La traite négrière est la page la plus honteuse et la plus douloureuse de l’Histoire de l’humanité. C’était une barbarie odieuse. Des marchands d’esclaves occidentaux ont acheté les Noirs contre des pacotilles. C’était l’exploitation de l’homme par l’homme.

 Qu’on se souvienne chaque jour et à tout instant de ce que l’homme noir a subi. Gorée reste le témoin oculaire de ce qui fut jadis la porte du voyage sans retour. Il y a eu d’autres lieux de détention et de départ des esclaves vers le Nouveau Monde comme Bimbia (Cameroun), Widah (Bénin), El Mina (Ghana). Dans ces lieux, l’homme Noir a été humilié à cause uniquement de la couleur de sa peau. « Ces lieux ont été des mouroirs pour des millions d’Africains qui attendaient de garnir les bateaux négriers en direction des Amériques et des Caraïbes »(Upahotep Kajor Mendy, Histoire politique de l’Afrique, éditions Kiyikaat, 2014, p. 83 et p. 94)

Lire le « Code Noir » de Napoléon.

Lu pour vous : L’église catholique refuse toute forme de révision constitutionnelle

4 Juil
PROTEGEONS NOTRE  NATION
https://i2.wp.com/7sur7.cd/images/cenco.JPG
Pour un processus électoral apaisé et porteur d’un avenir meilleur
 

Message de la 51ème Assemblée Plénière des Evêques membres de la  Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

1.    A l’ occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance de notre pays la RD Congo, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en session ordinaire de l’Assemblée plénière du 23 au 27 juin 2014 à Kinshasa, adressons un message de paix et d’espérance au Peuple congolais. Cet anniversaire qui intervient au moment où le processus électoral 2013-2016 est lancé, nous offre l’occasion de rappeler à tous, le devoir sacré de protéger la Nation et de sauvegarder la paix acquise au prix de mille sacrifices.

2.    Protéger la Nation , c’est, comme l’ont rêvé les pères de l’indépendance, travailler à bâtir un Congo plus beau qu’avant et assurer sa grandeur. La République est un patrimoine qu’on ne peut se permettre de léguer de manière quelconque aux générations futures[1]. A cet effet, nous saluons tous les efforts de reconstruction de notre pays entrepris par le Gouvernement de la République, notamment, la maîtrise de l’inflation, l’augmentation du taux de croissance, l’assainissement du climat des affaires. Il en est de même de l’amélioration des infrastructures, en particulier la construction des écoles, des routes et l’équipement des hôpitaux. Le chemin est encore long et les efforts doivent être poursuivis pour une effective amélioration des conditions de vie de la population congolaise.

3.    Protéger la Nation, c’est  travailler à ramener la paix dans le pays. A ce sujet, nous observons une dynamique positive pour stabiliser le pays. Grâce à la vaillance de nos Forces Armées et à l’appui de la Brigade d’intervention de la MONUSCO, des progrès sont enregistrés dans la lutte contre les groupes armés, mais beaucoup reste encore à faire pour garantir la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national. Nous rendons hommage à ceux qui ont versé leur sang pour la patrie.

4.    Protéger la Nation , c’est  défendre et promouvoir les droits, la dignité et le bien-être de tous les Congolais contre les maux qui détruisent l’homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu[2]. C’est pour cela que nous exprimons notre compassion à l’égard de nos compatriotes expulsés du Congo Brazzaville. En même temps, nous disons notre indignation sur la manière dont ces expulsions ont été conduites et sur les conditions précaires de vie de ces compatriotes.

5.    Protéger la Nation , c’est valoriser nos ressources naturelles et ne pas les aliéner sans contrepartie équitable par égoïsme ou dans le but d’accéder ou de conserver le pouvoir.

6.    Protéger la Nation , c’est consolider la démocratie par l’organisation des élections libres, crédibles et transparentes. Nous savons que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’emploie à relever ce grand défi et nous l’encourageons à sauvegarder son indépendance et à demeurer dans l’impartialité, la transparence et le respect des prérogatives à lui imparties par la Loi. En effet, c’est à travers les élections que le Peuple congolais est appelé à exercer dans la liberté et avec un discernement requis son droit de choisir ses gouvernants à tous les échelons et ses représentants dans les Assemblées provinciales et dans les deux chambres du Parlement. De ce fait, nous désapprouvons tout mode de scrutin qui priverait le souverain primaire de son droit de désigner ses gouvernants et de participer directement à la gestion de la cité. Comme nous l’avons dit dans notre Communiqué de presse à l’issue de notre Comité permanent de février 2014, nous soutenons les élections des députés provinciaux et même des maires et des bourgmestres par mode de scrutin direct[3].

7.    Protéger la Nation , c’est respecter la Loi fondamentale qui constitue le socle de la nation. C’est pourquoi, nous ne nous lasserons pas de rappeler au peuple congolais et à nos gouvernants la position de la CENCO contenue dans le Mémorandum adressé au Chef de l’Etat au sujet de la non modification de la Constitution, en particulier en ses articles verrouillés qui échappent à toute révision[4]. Tel est le cas de l’article 220 qui stipule :

 

« La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle » .

 

Nous désapprouvons également toute sorte d’initiative qui, sans modifier directement l’Article 220, viserait à le vider de son contenu essentiel.

8.    Il est important que les acteurs politiques ainsi que toute la population congolaise comprennent l’enjeu majeur de cette disposition constitutionnelle, fruit d’un large  consensus, pour assurer la stabilité du pays. Cette disposition constitutionnelle traduit et protège les options fondamentales relatives : à la nature de l’Etat congolais qui est une République et non une Monarchie ; à la forme de l’Etat Congolais ;  à la nature de la démocratie congolaise qui demeure une démocratie représentative et fondée sur le suffrage universel ; à la nature du pouvoir politique en RD Congo[5]. Ce pouvoir ne peut être ni personnalisé, ni absolu et non redevable devant personne c’est-à-dire autocratique et dictatorial. Ces options fondamentales sont également relatives :au pluralisme politique et à l’alternance démocratique au pouvoir garantie par l’irréductibilité des droits et libertés de la personne humaine ainsi que la limitation de la durée du mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une seule fois ; à l’indépendance de la justice,  condition sine qua non de l’instauration de l’Etat de droit et de la lutte contre l’impunité[6].

9.    Comme l’affirme l’exposé des motifs de la Constitution elle-même,  ces options fondamentales sont le produit de l’histoire de la RD Congo et des expériences politiques malheureuses de la 1ère et de la 2ème Républiques. Elles ont pour finalité non seulement de mettre fin à la crise de légitimité des institutions et de leurs animateurs ainsi qu’aux guerres civiles qui ont jalonné le parcours de la RD Congo depuis son indépendance, le 30 juin 1960, mais aussi de donner au pays toutes les chances de se reconstruire sur des bases nouvelles et solides.

10.                     Faut-il le rappeler, ces options sont par ailleurs la somme des acquis inaliénables de la lutte par étapes successives du Peuple congolais pour l’indépendance, la liberté et, de manière générale, la démocratie.

11.                     Pour toutes ces raisons, le Constituant les a rendus intangibles à l’article 220 afin de les « préserver contre les aléas de la vie politique et les révisions intempestives »[7] . Dès lors, chercher à violer ces dispositions, serait un dangereux précèdent sur le long chemin de la paix, de la cohésion nationale et une voie ouverte au règne de l’arbitraire.

12.                      Considérant les responsabilités qui sont les nôtres dans cette société, nous lançons un appel pressant à toute la classe politique pour ne pas remettre en cause ce compromis fondateur de l’Etat congolais actuel.  Le Peuple congolais ne doit pas être pris en otage par des pratiques politiciennes qui sacrifient l’intérêt supérieur de la Nation.

 

Pour un avenir meilleur de la Nation, l’Eglise catholique utilisera des moyens appropriés pour sensibiliser la population sur l’importance capitale de cet article verrouillé et défendra les options fondamentales qui sauvegardent notre jeune démocratie  et la stabilité du pays.

13.                      Pour un processus électoral apaisé et porteur d’avenir meilleur, l’Assemblée Plénière de la CENCO invite les acteurs politiques congolais et toutes les parties prenantes au processus électoral à s’appliquer avant tout à la réalisation d’un consensus aussi large que possible.

14.                     Aussi pour contribuer efficacement à la consolidation de la gouvernance démocratique et à l’assainissement de l’environnement électoral en RD Congo, la CENCO recommande :

1° Au Gouvernement de la République

– De garantir aux parties prenantes un environnement électoral serein et harmonieux ;

– De redoubler d’efforts dans la mobilisation des ressources matérielles et financières afin de garantir la tenue effective des élections dans le respect du délai constitutionnel ;

2° Au Parlement

– De s’abstenir de voter des modifications constitutionnelles susceptibles de rompre un vouloir-vivre collectif et des valeurs fondamentales acceptées par l’ensemble du peuple ;

– De veiller en tant qu’autorité budgétaire à la dotation par le gouvernement des moyens nécessaires à une bonne organisation des scrutins électoraux ;

– D’élaborer des lois nécessaires au processus électoral dont la loi portant répartition  des sièges aux différentes élections des organes délibérants ;

 

3° Aux Partis politiques

– D’amener leurs membres à s’imprégner et à respecter les lois essentielles au processus électoral et de s’atteler à l’éducation civique et électorale de leurs militants ;

– D’organiser, à temps, l’observation par leurs témoins, des opérations pré-électorales, électorales et post-électorales ;

– De promouvoir la culture démocratique et le « leadership éthique » en privilégiant la construction d’un ordre social juste et la gestion communautaire du « bien-vivre-ensemble » ;

– De faire du débat politique un débat d’idées et non un lieu d’attaques des personnes sur  des  considérations ethniques ;

 

4° A la CENI

– De s’acquitter avec conscience et honorabilité de la mission qui lui a été confiée par la République  afin de mériter la confiance du peuple ;

– De poursuivre le dialogue avec toutes les parties prenantes pour  garantir l’organisation en toute indépendance, neutralité et impartialité, des scrutins libres, démocratiques, crédibles et transparentes ;

– De respecter les exigences du cycle électoral, les lois et réglementations essentielles au processus électoral ;

 

5° Aux Organisations de la Société civile

– De contribuer à la vulgarisation des textes légaux, à l’éducation et à l’observation électorales ;

– De mobiliser les électeurs et les électrices congolais à chaque étape du processus électoral.

 

6° A la Population congolaise

– De faire preuve de vigilance pour s’opposer par tous les moyens légaux et pacifiques à toute tentative de modification des articles verrouillés ;

– D’interpeller leurs élus en leur demandant de dire leur claire option en ce qui concerne la question constitutionnelle ;

– A nos fidèles catholiques en particulier, de se rappeler que, comme « sel de la terre et lumière du monde »[8],ils ont une grave responsabilité de participer activement au processus électoral et de s’engager pour sa réussite ;

7° Aux Partenaires de la RD Congo

De s’impliquer davantage dans l’appui financier, la logistique et l’accompagnement du processus électoral pour soutenir le Gouvernement congolais dans l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes ;

 

 8° Aux Ecclésiastiques en RD Congo

– D’accompagner la population congolaise dans la réussite du processus électoral ;

– De ne faire allégeance à aucun parti politique et, comme nous l’avons déjà dit, « de ne pas participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique, ainsi qu’à la direction des institutions étatiques, quel qu’en soit le niveau, chargées d’organiser les élections »[9].

 

Notre engagement

15. Redisant notre ferme volonté d’apporter notre contribution pour protéger la Nation et travailler au bien-être intégral de la population congolaise, nous accompagnerons ce processus électoral par l’éducation civique et électorale. Nous organiserons à cet effet, des moments de prière dans tous les diocèses de notre pays. Nous veillerons à sauvegarder la liberté de l’Eglise en évitant toute forme de récupération.

16. Nous souhaitons que la célébration du 54ème anniversaire de l’indépendance de notre pays apporte à tous un sursaut  patriotique et un réel engagement pour réussir le pari de bâtir un pays plus beau qu’avant et d’assurer la grandeur de la RD Congo.

17. Nous confions la réussite du processus électoral à l’intercession de la Vierge Marie et de la Bienheureuse Marie Clémentine Anuarite en cette année du 50ème anniversaire de son martyre. Que Dieu prenne en grâce notre peuple  et bénisse notre pays[10].

Fait à Kinshasa, le 27 juin 2014


[1]Cf. CENCO,  « Il est temps de nous réveiller » (Rm 13,11b) Message de la Conférence Episcopale Nationale du Congo aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté à l’occasion du 48ème anniversaire de l’indépendance, Kinshasa, Editions du Secrétariat Général de la CENCO 2009, n° 15.

[2]Cf. Gn 1,26.

[3]Cf. Communiqué du Comité permanent  de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur le cycle électoral2013-2016, 28 février 2014. n° 8.

[4]
Cf. Mémorandum du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo au Président de la République sur l’état actuel de la Nation, le 22 février 2014, n° 18.

[5]
Cf. Constitution de la République Démocratique du Congo, Exposé des motifs de la Constitution du 18 février 2006, dansJournal Officiel de la République Démocratique du Congo, 52eme Année, Kinshasa, 5 février 2011, p.82.

[6]
Ibidem.

[7]
Ibidem. 

[8]
Mt 5,13.14.

[9]
CENCO, « Année électorale : Que devons-nous faire ? » (Ac 2,37). Exhortation du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté, Editions du Secrétariat Général de la CENCO, 2011, n° 21.

[10]
Cf. Ps 66, 2.
Publié Mardi, le 01 Juillet 2014, par Abbé Jean Marie B .
RDC : l’église catholique demande à Kabila de partir en 2016
Olivier Ribouis
La Nouvelle Tribune, 2 juillet 2014
«Protégeons notre nation». C’est l’invitation que la conférence épiscopale congolaise a, par une déclaration du même nom, adressé à tous les Congolais de la République démocratique du Congo en marge de la célébration du 54ème anniversaire de l’indépendance du pays.
Une invitation qui s’adresse particulièrement au président de la Rdc, Joseph Kabila dont le dernier mandat constitutionnel arrive à terme en 2016. A cet effet, disent les évêques de la conférence épiscopale du Congo, « Protéger la nation, c’est respecter la loi fondamentale, le socle de la Nation ». Ceci, relativement à l’article 220 limitant le nombre de mandats présidentiels, dont la modification est en vue pour permettre au président Joseph Kabila de se représenter à la prochaine élection pour laquelle il n’est plus éligible pour l’instant.
« Nous désapprouvons également toute sorte d’initiative qui, sans modifier directement l’Article 220, viserait à le vider de son contenu essentiel » ont affirmé les évêques soucieux de l’avenir du pays.
L’article 220 en question, selon la conférence épiscopale, affirme que « la nature de l’état congolais qui est une république et non une monarchie. » Dans sa déclaration, l’église catholique en Rdc, a aussi indiqué clairement qu’elle se met dans la bataille de la sensibilisation des Congolais afin de faire barrière à toute tentative de révision constitutionnelle. Et son objectif, c’est que de réussir à empêcher les pratiques politiciennes qui sacrifient l’intérêt supérieur de la Nation de prendre le peuple congolais en otage.