Archive | Publications RSS feed for this section

Nouvelle publication : « COMMENT METTRE FIN À UNE DICTATURE SOLIDEMENT INSTALLÉE »

16 Fév

Vient de paraître aux éditions L’Harmattan

« COMMENT METTRE FIN À UNE DICTATURE SOLIDEMENT INSTALLÉE »

Auteur : Fweley Diangitukwa

Prix : 14 euros

4ème page de couverture :

Ce livre est une réflexion sur la tyrannie. Il s’adresse à tous les citoyens du monde qui cherchent à se débarrasser d’une dictature solidement installée mais qui ne trouvent pas la voie à suivre ou la solution idéale. Il contient plusieurs recettes et certaines d’entre elles ont bien fonctionné dans certains pays. Le contexte étant différent d’un continent à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une dictature à l’autre, il est nécessaire de bien choisir la recette sinon les recettes la/les plus adaptée(s) au contexte national. Mais dans toutes les circonstances, trois forces doivent absolument se mettre en mouvement et se rencontrer pour qu’il y ait un véritable changement de système : le nombre de participants qui crée une grande union, l’intelligence qu’on appelle stratégie et la détermination qui permet d’aller jusqu’au bout de la vision commune.

L’auteur nous fait entrer dans les coulisses des recettes qui font tomber les dictatures et qui permettent aux pays fraîchement sortis de la tyrannie de se stabiliser et de se développer.

Ce livre mérite d’être lu par tous les Africains cultivés.

Fweley Diangitukwa est professeur de Science Politique et de Sciences de Gestion. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques, entre autres : La thèse du complot contre l’Afrique. Pourquoi l’Afrique ne se développe pas ; Le règne du mensonge politique en RD Congo. Qui a tué Kabila ? ; L’Afrique doit renaître ; Quand les Africains se réveilleront, le monde changera ; Comment devenir un leader charismatique ; Le rôle du leader dans l’organisation ; La lointaine origine de la gouvernance en Afrique.

Pour vos commandes :

éditions L’Harmattan

7, rue de l’école Polytechnique

75005 Paris

Tél. : 0033 1 40 46 79 10

ou

contactez une grande librairie dans votre pays de résidence qui commandera le livre à votre place.

Publicités

Vient de paraître : Fweley Diangitukwa, « Le rôle du leader dans l’organisation »

7 Août

Titre : Le rôle du leader dans l’organisation

Auteur : Fweley Diangitukwa, docteur en sciences économiques et sociales, mention : science politique de l’Université de Genève, est professeur de science politique à l’Université Omar Bongo de Libreville au Gabon et visiteur à l’Université panafricaine de Yaoundé II- Soa. Il est l’auteur de plusieurs publications et articles scientifiques qui l’ont fait connaître.

Éditeur : Éditions Universitaires Européennes (EUE)

Nombre de pages : 692 pages

Numéro ISBN : 978-3-8473-8944-6

Prix :98.90 € euros

Pour commander :

Mme Florence Perin
f.perin@editions-ue.com
ÉDITIONS UNIVERSITAIRES EUROPÉENNES
Bahnhofstraße 28

D-66111 Saarbrücken
Germany (Allemagne)

Résumé :

La question de leadership est récurrente dans la plupart des pays, particulièrement dans les pays africains où il suffit souvent de changer la manière de gouverner l’État ou de diriger l’entreprise pour que l’économie décolle. Pour résoudre ce problème, il devient urgent que les citoyens ou les employés placent des femmes et des hommes compétents – de vrais leaders et de vrais managers – à la tête des États et des entreprises.

Décrire le rôle du leader dans l’organisation est une tâche fastidieuse et ardue car ce rôle est mouvant, concurrentiel et surtout incertain, dans l’espace et dans le temps. Il dépend étroitement des circonstances et de l’environnement. Dans cette matière, la compréhension la plus poussée ne peut se faire sans approches théoriques. D’où la nécessité de faire appel non à une théorie mais à des théories des organisations pour mieux comprendre le leadership et le management. En réalité, pour parvenir à bien décrire le rôle du leader dans l’organisation, il faut faire appel à plusieurs disciplines des sciences de gestion, des sciences économiques, sociales, humaines, notamment l’économie, la science politique, la sociologie des organisations et la psychologie.

Les leaders et les managers jouent un rôle important dans le processus de prise de décision. D’où également la nécessité de recourir à l’analyse descriptive du leadership et du management.

Nous observons régulièrement les leaders lorsqu’ils agissent mais nous ignorons souvent leurs modes de raisonnement qui permettent de mieux comprendre les décisions qu’ils prennent et leurs stratégies de communication dans les ensembles organisés. Grâce à l’apport de l’organisation, le leader devient plus efficace et, à son tour, l’organisation s’améliore grâce à la vision du leader qui la pilote.

Ce livre est une réponse à la question préoccupation de leadership et de management. Il décrit les contours des organisations et la place qu’occupent les leaders et les managers qui assurent leur fonctionnement. Il souligne aussi les forces et les faiblesses des organisations afin de comprendre la portée et la fragilité des décisions stratégiques prises par les leaders ainsi que l’influence de l’environnement dans le changement organisationnel. Il est un outil indispensable à tout dirigeant qui cherche à optimiser son leadership, aux chercheurs et aux étudiants qui cherchent à meubler leur culture.

Comment mettre fin à une dictature solidement installée

15 Avr

Cliquez sur ce lien pour avoir accès

http://www.editions-mondenouveau.com/#!shop/c1dng

Fweley Diangitukwa

COMMENT METTRE FIN À UNE DICTATURE

SOLIDEMENT INSTALLÉE

Éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

 Ce livre s’adresse à tous les citoyens du monde qui cherchent à se débarrasser d’une dictature solidement installée mais qui ne trouvent pas la voie à suivre ou la solution idéale. Il contient plusieurs recettes et certaines d’entre elles ont bien fonctionné dans certains pays. Le contexte étant différent d’un pays à l’autre et d’une dictature à l’autre, il est nécessaire de bien choisir la recette sinon les recettes la/les plus adapté(e)s au contexte national. Mais dans toutes les circonstances, trois forces doivent absolument se mettre en mouvement et se rencontrer pour qu’il y ait changement : le nombre en créant l’union, l’intelligence qu’on appelle stratégie et la détermination qui permet d’aller jusqu’au bout de la vision commune.

L’auteur nous fait entrer dans les coulisses des recettes qui font tomber les dictatures et qui permettent aux pays fraîchement sortis de la tyrannie de se stabiliser et de se développer.

Fweley Diangitukwa est docteur en Sciences Économiques et Sociales de l’Université de Genève. Professeur de Science Politique et de Sciences de Gestion. Il a enseigné au département de Science Politique de l’Université de Genève, à l’Université Omar Bongo à Libreville au Gabon et à l’Université panafricaine à Yaoundé au Cameroun. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques.

Publication : « Quand les Africains se réveilleront, le monde changera »

29 Déc

Fweley Diangitukwa

 

 

QUAND LES AFRICAINS SE RÉVEILLERONT, LE MONDE CHANGERA

 

TRADITIONS ET DÉVELOPPEMENT

Préface du professeur Charles Binam Bikoi

 

Editions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

Nombre de pages : 276

Prix : 20 euros

Pour commander :

Fweley Diangitukwa

1, avenue Rolliez

1800 Vevey/Suisse

Téléphone : 00 41 78 898 54 84

afriquenouvelle@bluewin.ch

 

« À quoi bon embellir la vérité ? Au départ, la colonisation ne fut pas un acte civilisateur et ne releva pas d’un désir de civiliser. Ce fut un acte de force motivé par l’intérêt. Un épisode de la compétition vitale qui n’a cessé de s’envenimer entre personnes, entre groupes. Les peuples qui partaient s’emparer de colonies dans de lointains pays pensaient avant tout à eux-mêmes, et travaillaient à augmenter leurs richesses et accroître leur pouvoir ».

Albert Sarraut, secrétaire d’État aux Colonies en 1923, in Kwame Nkrumah, L’Afrique doit s’unir, Présence Africaine, 1994, p. 38.

 

« N’oublions pas seulement une chose, c’est qu’une partie de l’argent qui est dans d’autres porte-monnaies vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique, pas uniquement, mais beaucoup, vient de l’exploitation de l’Afrique. Alors il faut avoir un peu de bon sens. Je ne dis pas de générosité, de bon sens, de justice, pour rendre aux Africains, je dirais, ce qu’on leur a pris, d’autant que c’est nécessaire si on veut éviter des pires convulsions ou difficultés avec les conséquences politiques que ça comporte dans la prochaine ère ».

Jacques Chirac (ancien président de la République française).

 

« Si je n’étais pas convaincu de la possibilité de chaque race de mener à bien sa réflexion intellectuelle, je me demande ce que nous faisons sur terre »

Extrait de la conférence de Cheikh Anta Diop à Niamey en 1984.

Cheikh Anta Diop, Les Voix de l’écriture,

UNESCO/RFI/KHEPERA/CNP-CAD-X, 1996.

 

Préface

L’Afrique s’éveille ? Non. L’Afrique se réveille. Un géant éveillé qui s’est endormi ne peut plus que se réveiller, l’éveil acquis. Son alchimie des Forces en sommeil a-t-elle abouti ? On attend, on observe. On agit aussi. On pense. On élabore et pose les conditions. On planifie aussi sans doute, des stratégies pour contrôler et au besoin contrer le réveil étant inévitable et d’ailleurs stimulant pour les véritables acteurs de la transformation. Peut-être entrevoit-on déjà la pierre philosophale ?

Encore faut-il savoir avec quel regard on cherche à voir l’avenir, question centrale, névralgique et irréductible de la problématique du crépuscule de la narcose africaine. Est-ce celui d’Anubis, de l’école kémite qui, bilanciel, établit sans appel les mérites avec lesquels on entre en latence et grâce auxquels on en sort ? Ou alors celui, perçant de l’aigle royal qui explore et anticipe sur ces bases ? Ou peut-être celui, économiciste et consumériste, du philistin contemporain qui ne juge de tout qu’en termes de valeur marchande. Puisqu’il faut bien aussi convaincre en toutes perspectives, y compris philistinistes, une question ne saurait être éludée : l’Afrique a-t-elle complété sa phase de déclin dans le cycle de la roue de la fortune ? On l’attend, peut-être la voit-on déjà sur sa pente remontante : vers le sommet ?

Les signes sont innombrables. Les observations et témoignages nombreux. Les statistiques sont prometteuses. À leur suite, les études académiques, les évaluations institutionnelles et autres travaux d’experts amorcent un tournant. Les titres fleurissent : Le Temps de l’Afrique ; Africa’s Turn?; Africa Rising: How 900 Million African Consumers Offer More than You Think Perspectives sur l’Afrique : futur géant économique ou non ? ; Chindiafrique : la Chine,l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain Emerging Africa: How 17 Countries Are Leading the Way ; etc.

De cas humanitaire incurable, désespéré et désespérant, l’Afrique est de plus en plus reconnue comme futur moteur de la croissance économique mondiale, peut-être successeur de la Chine dans le rôle de principal centre manufacturier mondial à main-d’œuvre abondante et bon marché. Expliquant la nouvelle ruée vers l’Afrique, divers facteurs et opinions persistants suggèrent que le reste du monde le sait mieux que l’Afrique. D’où l’urgence de se saisir du discours pour mettre en perspective ces tendances et possibilités : c’est le premier mérite de l’ouvrage de Fweley Diangitukwa

S’il part des humanités kémites pour asseoir la Renaissance afin d’envisager un réveil de l’Afrique susceptible d’impacter le monde à sa dimension maximale, c’est bien parce que ce réveil doit s’enraciner dans son sous-sol. Il doit aller le plus loin possible dans ses fondations les plus solides, pour en envisager l’appropriation dans les deux sens : celui de l’adéquation à son milieu et celui de la prise de propriété par les dépositaires authentiques et les ayants droit. On en vient aux enjeux de l’endogénéité et de l’endogénéisation de l’émergence de l’Afrique et ses discours, la dominante exogène actuelle étant compromettante à plus d’un titre […]

4ème page de couverture

Ce livre est un projet pour l’avenir de l’Afrique. S’inscrivant dans la droite ligne des penseurs panafricanistes qui l’ont précédé dans la voie de l’unité africaine, l’auteur démontre qu’un autre avenir est possible à l’Afrique et qu’un autre monde est aussi possible à l’humanité tout entière : une voie plus sociale, plus juste et plus humaine.

Tout en cherchant à maîtriser les modèles de développement économique retenus par les pays développés, l’Afrique doit réfléchir à son propre modèle qui correspond à son histoire, à ses atouts, à ses attentes, à ses traditions et à ses cultures, pour ne pas reproduire servilement des modèles importés – même s’ils ont déjà fait leur preuve dans les pays où ils ont été initiés – parce qu’ils n’ont aucune emprise avec la réalité africaine. Si le modèle de l’État-nation occidental importé en Afrique a lamentablement échoué, il est à croire que le modèle de développement importé de l’étranger qui ne répond pas aux attentes des Africains échouera également. D’où la nécessité d’innover, de créer un modèle original et endogène.

L’Afrique ne saurait demeurer dans une imitation servile qui renforce sa dépendance envers les pays étrangers, elle doit parvenir à trouver sa propre voie en s’appuyant sur ses traditions et ses cultures qui ne doivent pas être vues comme un obstacle à son développement mais plutôt comme de véritables atouts qui l’enrichissent et la distinguent des autres.

Fweley Diangitukwa est Docteur en Sciences Économiques et sociales de l’Université de Genève. Professeur de Science Politique et de Sciences de Gestion. Il a enseigné au département de Science Politique de l’Université de Genève, à l’Université Omar Bongo à Libreville et à l’Université panafricaine (Yaoundé II-Soa). Il est l’auteur de plusieurs publications et de plusieurs articles scientifiques.

ISBN :978-2-9701040-2-5

 

Vient de paraître

Fweley Diangitukwa

 

L’AFRIQUE DOIT RENAÎTRE

Préface de Mbelu Babanya Kabudi

 

Editions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

Nombre de pages : 268

Prix : 20 euros

Pour commander

Fweley Diangitukwa

1, avenue Rolliez

1800 Vevey/Suisse

Téléphone : 00 41 78 898 54 84

afriquenouvelle@bluewin.ch

« Les puissances coloniales ne se retirent jamais de leur plein gré de quelque territoire que ce soit, sur lequel elles exercent un contrôle politique. Avant de partir, elles font des efforts surhumains pour créer des schismes et des rivalités qu’elles espèrent exploiter ensuite ».

Kwame Nkrumah, L’Afrique doit s’unir, éditions Présence Africaine 1994 [Payot, 1964], p. 78.

 

« Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir ».

Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, éditions Maspero en 1961.

 

« Le manque de constitutionnalisme en Afrique a miné le processus d’intégration régionale de plusieurs façons. Autant l’habitude du partage du pouvoir a servi d’appui à l’intégration régionale en Europe en facilitant la transition à des modes de direction supranationaux, autant son absence a, en Afrique, miné le processus. La concentration du pouvoir dans les mains des seuls chefs d’État a particulièrement compliqué le partage du pouvoir étant donné la jalousie avec laquelle chaque dirigeant a voulu protéger la souveraineté de son propre territoire »

Omoniyi Adewoye, « Constitutionnalisme et l’intégration économique », in Réal Lavergne (dir.), Intégration et coopération régionales en Afrique de l’Ouest, Paris, éditions Karthala, 1996, p. 379.

 

Préface

 Avant sa mauvaise rencontre avec les Arabes et les Européens, l’Afrique fut grande, puissante et souveraine. Cette affirmation n’est pas une idéalisation d’un passé mythique dont se réclameraient quelques élites africaines confrontées à une Afrique impuissante dans un monde multipolaire. Non. Lire ce livre de Fweley Diangitukwa permet d’aller à la rencontre de plusieurs historiens, sociologues, hommes politiques, philosophes, politologues, Africains ou Occidentaux, pouvant aider à l’étayer. L’une des questions que pourrait poser cette affirmation est la suivante : « Comment cette grande, puissante et souveraine Afrique n’a-t-elle pas pu résister à la conquête, à l’esclavage, à la traite négrière et à la colonisation européenne ? » Cette question soulève une autre : « Quels sont les outils auxquels l’Europe conquérante a-t-elle pu recourir pour conquérir l’Afrique ? »

Prétendre que l’Afrique-mère n’a pas pu résister à la conquête coloniale européenne est une contre-vérité. Soutenir que l’Europe conquérante a eu recours aux armes de destruction massive, à la religion et à l’imposition de sa culture à l’Afrique pour détruire les Africains et leurs espaces de vie permet de comprendre l’avantage qu’elle conserve dans la gestion des rapports de force avec ce ‘‘continent-mère’’. Voler ses terres et ses matières naturelles fut l’une des préoccupations des conquérants. À ce sujet, Fweley Diangitukwa note : « Le développement de l’Afrique s’arrêta lorsque notre continent perdit son autonomie et son indépendance politique à cause des guerres d’occupation menées par les Arabes, via l’idéologie islamique, et par les Européens pour prendre possession des terres africaines par la colonisation. »

Sera-t-il possible que la gestion de ces rapports de force puisse tourner un jour à l’avantage de l’Afrique ? Ce continent peut-il, dans un avenir plus ou moins proche, construire un partenariat multilatéral avec lequel les grands ensembles tels les États-Unis d’Amérique, les États-Unis d’Europe (c’est-à-dire l’Union européenne), les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et la République Sud-Africaine) peuvent compter ? Dans ce livre, L’Afrique doit renaître, Fweley Diangitukwa estime que répondre positivement à toutes ces questions est impératif pour les Africains.

En dialoguant avec les différents historiens d’hier et d’aujourd’hui, surtout avec Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Kwame Nkrumah, Joseph Ki-Zerbo, Théophile Obenga, etc., Fweley Diangitukwa nous partage une conviction. Pour lui, si l’Afrique veut recouvrer sa grandeur et sa souveraineté perdues, elle doit absolument s’unir. C’est-à-dire réaliser le rêve des Pères et Mères des indépendances africaines, des patriotes et panafricanistes. Comment peut-elle procéder pour réaliser cette unité ?

L’auteur de L’Afrique doit renaître propose des mécanismes d’intégration pluriels pouvant aider à réaliser rationnellement et sagement cette unité indispensable à la renaissance de l’Afrique. L’étude détaillée de ces mécanismes d’intégration constitue, à n’en point douter, l’un des apports importants du livre. Mais cette intégration ne peut réussir que si elle est conjuguée avec un effort permanent de réécriture de l’histoire africaine depuis l’Égypte antique jusqu’à ce jour. Pourquoi ? Parce qu’une bonne partie de l’histoire africaine écrite par l’Occident esclavagiste et colonialiste est, à quelques exceptions près, cyniquement falsifiée et négationniste. Elle est emprunte d’un ton moralisateur et culpabilisant pour les Africains […].

 

4ème page de couverture

 

L’Afrique est un continent extrêmement riche car elle a tout ce qu’il lui faut pour assurer son développement. Ce continent est un véritable scandale géologique parce qu’il contient toutes les formes de ressources connues. Rien ne lui manque : ni les minerais, ni la faune et la flore, ni les ressources humaines, ni les ressources financières qui sont continuellement placées dans les banques occidentales et dans les paradis fiscaux par les ennemis du continent, ni l’eau douce, ni les réserves énergétiques (hydraulique, éolienne et solaire).

Convoitée pendant longtemps, l’Afrique a été appauvrie pour empêcher, sinon retarder, son développement. La destruction de l’Afrique avait commencé avec Alexandre le Macédonien qui s’empara de la Bibliothèque d’Alexandrie, puis poursuivie sous l’empire romain avec Scipion Émilien qui décida, en 146 avant notre ère, de détruire Carthage. Avec la même hargne, la Libye fut détruite en 2011 par l’OTAN et la France pour mettre la main sur le pactole pétrolier de ce pays. Les époques changent mais les desseins, les moyens et les buts sont restés les mêmes : détruire l’Afrique pour la dominer.

Les matières premières de l’Afrique ne doivent plus faire le bonheur des autres nations au détriment des Africains eux-mêmes. Kwame Nkrumah l’a déjà dit :l’Afrique doit s’unir.Mais comment doit-elle procéder ? L’auteur apporte des éléments de réponse qui permettront à l’Afrique de renaître en ce siècle.

 

Fweley Diangitukwa est docteur en Sciences Économiques et Sociales de l’Université de Genève. Professeur de Science Politique et de Sciences de Gestion. Il a enseigné au département de Science Politique de l’Université de Genève, à l’Université Omar Bongo à Libreville au Gabon et à l’Université panafricaine à Yaoundé au Cameroun. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques.

 

ISBN : 978-2-9701040-1-8

Nouvelle publication : « L’Afrique doit renaître »

24 Nov

Nouvelle publication

Fweley Diangitukwa

 L’AFRIQUE DOIT RENAÎTRE

Préface de Mbelu Babanya Kabudi

 Editions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

Nombre de pages : 268

Prix : 20 euros

Pour commander :

Fweley Diangitukwa

1, avenue Rolliez

1800 Vevey/Suisse

Téléphone : 00 41 78 898 54 84

afriquenouvelle@bluewin.ch

 « Les puissances coloniales ne se retirent jamais de leur plein gré de quelque territoire que ce soit, sur lequel elles exercent un contrôle politique. Avant de partir, elles font des efforts surhumains pour créer des schismes et des rivalités qu’elles espèrent exploiter ensuite ».

Kwame Nkrumah, L’Afrique doit s’unir, éditions Présence Africaine 1994 [Payot, 1964], p. 78.

« Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir ».

Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris, éditions Maspero en 1961.

 

« Le manque de constitutionnalisme en Afrique a miné le processus d’intégration régionale de plusieurs façons. Autant l’habitude du partage du pouvoir a servi d’appui à l’intégration régionale en Europe en facilitant la transition à des modes de direction supranationaux, autant son absence a, en Afrique, miné le processus. La concentration du pouvoir dans les mains des seuls chefs d’État a particulièrement compliqué le partage du pouvoir étant donné la jalousie avec laquelle chaque dirigeant a voulu protéger la souveraineté de son propre territoire »

Omoniyi Adewoye, « Constitutionnalisme et l’intégration économique », in Réal Lavergne (dir.), Intégration et coopération régionales en Afrique de l’Ouest, Paris, éditions Karthala, 1996, p. 379.

 Préface

Avant sa mauvaise rencontre avec les Arabes et les Européens, l’Afrique fut grande, puissante et souveraine. Cette affirmation n’est pas une idéalisation d’un passé mythique dont se réclameraient quelques élites africaines confrontées à une Afrique impuissante dans un monde multipolaire. Non. Lire ce livre de Fweley Diangitukwa permet d’aller à la rencontre de plusieurs historiens, sociologues, hommes politiques, philosophes, politologues, Africains ou Occidentaux, pouvant aider à l’étayer. L’une des questions que pourrait poser cette affirmation est la suivante : « Comment cette grande, puissante et souveraine Afrique n’a-t-elle pas pu résister à la conquête, à l’esclavage, à la traite négrière et à la colonisation européenne ? » Cette question soulève une autre : « Quels sont les outils auxquels l’Europe conquérante a-t-elle pu recourir pour conquérir l’Afrique ? »

Prétendre que l’Afrique-mère n’a pas pu résister à la conquête coloniale européenne est une contre-vérité. Soutenir que l’Europe conquérante a eu recours aux armes de destruction massive, à la religion et à l’imposition de sa culture à l’Afrique pour détruire les Africains et leurs espaces de vie permet de comprendre l’avantage qu’elle conserve dans la gestion des rapports de force avec ce ‘‘continent-mère’’. Voler ses terres et ses matières naturelles fut l’une des préoccupations des conquérants. À ce sujet, Fweley Diangitukwa note : « Le développement de l’Afrique s’arrêta lorsque notre continent perdit son autonomie et son indépendance politique à cause des guerres d’occupation menées par les Arabes, via l’idéologie islamique, et par les Européens pour prendre possession des terres africaines par la colonisation. »

Sera-t-il possible que la gestion de ces rapports de force puisse tourner un jour à l’avantage de l’Afrique ? Ce continent peut-il, dans un avenir plus ou moins proche, construire un partenariat multilatéral avec lequel les grands ensembles tels les États-Unis d’Amérique, les États-Unis d’Europe (c’est-à-dire l’Union européenne), les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et la République Sud-Africaine) peuvent compter ? Dans ce livre, L’Afrique doit renaître, Fweley Diangitukwa estime que répondre positivement à toutes ces questions est impératif pour les Africains.

En dialoguant avec les différents historiens d’hier et d’aujourd’hui, surtout avec Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Kwame Nkrumah, Joseph Ki-Zerbo, Théophile Obenga, etc., Fweley Diangitukwa nous partage une conviction. Pour lui, si l’Afrique veut recouvrer sa grandeur et sa souveraineté perdues, elle doit absolument s’unir. C’est-à-dire réaliser le rêve des Pères et Mères des indépendances africaines, des patriotes et panafricanistes. Comment peut-elle procéder pour réaliser cette unité ?

L’auteur de L’Afrique doit renaître propose des mécanismes d’intégration pluriels pouvant aider à réaliser rationnellement et sagement cette unité indispensable à la renaissance de l’Afrique. L’étude détaillée de ces mécanismes d’intégration constitue, à n’en point douter, l’un des apports importants du livre. Mais cette intégration ne peut réussir que si elle est conjuguée avec un effort permanent de réécriture de l’histoire africaine depuis l’Égypte antique jusqu’à ce jour. Pourquoi ? Parce qu’une bonne partie de l’histoire africaine écrite par l’Occident esclavagiste et colonialiste est, à quelques exceptions près, cyniquement falsifiée et négationniste. Elle est emprunte d’un ton moralisateur et culpabilisant pour les Africains […].

 4ème page de couverture

 L’Afrique est un continent extrêmement riche car elle a tout ce qu’il lui faut pour assurer son développement. Ce continent est un véritable scandale géologique parce qu’il contient toutes les formes de ressources connues. Rien ne lui manque : ni les minerais, ni la faune et la flore, ni les ressources humaines, ni les ressources financières qui sont continuellement placées dans les banques occidentales et dans les paradis fiscaux par les ennemis du continent, ni l’eau douce, ni les réserves énergétiques (hydraulique, éolienne et solaire).

Convoitée pendant longtemps, l’Afrique a été appauvrie pour empêcher, sinon retarder, son développement. La destruction de l’Afrique avait commencé avec Alexandre le Macédonien qui s’empara de la Bibliothèque d’Alexandrie, puis poursuivie sous l’empire romain avec Scipion Émilien qui décida, en 146 avant notre ère, de détruire Carthage. Avec la même hargne, la Libye fut détruite en 2011 par l’OTAN et la France pour mettre la main sur le pactole pétrolier de ce pays. Les époques changent mais les desseins, les moyens et les buts sont restés les mêmes : détruire l’Afrique pour la dominer.

Les matières premières de l’Afrique ne doivent plus faire le bonheur des autres nations au détriment des Africains eux-mêmes. Kwame Nkrumah l’a déjà dit : l’Afrique doit s’unir. Mais comment doit-elle procéder ? L’auteur apporte des éléments de réponse qui permettront à l’Afrique de renaître en ce siècle.

 Fweley Diangitukwa est docteur en Sciences Économiques et Sociales de l’Université de Genève. Professeur de Science Politique et de Sciences de Gestion. Il a enseigné au département de Science Politique de l’Université de Genève, à l’Université Omar Bongo à Libreville au Gabon et à l’Université panafricaine à Yaoundé au Cameroun. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques.

ISBN : 978-2-9701040-1-8

Nouvelle publication. Fweley Diangitukwa, « Leadership et management. L’exemple suisse »

14 Avr

Nouvelle publication

Je vous annonce ma nouvelle publication :

Fweley Diangitukwa, Leadership et management. L’exemple suisse, éditions Presses académiques francophones, Saarbrüken (Allemagne), mars 2015, 320 pages.

Pour commander un exemplaire, veuillez contacter Madame Vanessa Leroy :

v.leroy@presses-academiques.com

Ouvrir pour voir la 1ère et la 4e pages de couverture :

https://www.presses-academiques.com//system/covergenerator/build/4073

 

LEADERSHIP ET MANAGEMENT. L’EXEMPLE SUISSE

La Suisse est-elle un modèle, une exception ou un exemple à suivre ? Comment ce pays, qui est enclavé, c’est-à-dire sans accès à la mer ou à l’Océan, dépourvu de ressources naturelles, est-il devenu l’un des pays les plus riches et les plus stables au monde ? La première partie de ce livre présente les idées les plus pertinentes sur les concepts de leadership et de management et la deuxième partie présente l’exemple suisse pour illustrer concrètement les théories présentées dans la première partie. Lorsqu’on s’intéresse au développement des nations, on découvre vite l’existence des postulats ou des piliers qui permettent à un pays d’aller constamment de l’avant. En effet, il y a une corrélation entre le leadership, le management et le développement économique d’un pays. Les pays qui ont le meilleur système éducatif, les meilleures écoles de management et de bons entrepreneurs sont les plus développés. L’importance qu’un pays accorde au leadership, à l’invention, à l’innovation, à la recherche et au savoir managérial des entrepreneurs explique en grande partie son niveau de développement économique. Cette assertion se vérifie pleinement en ce qui concerne la Suisse.

Fweley Diangitukwa est docteur en sciences économiques et sociales. Il a enseigné au département de science politique de l’Université de Genève, à Schiller International University, à l’Université Omar Bongo à Libreville et à l’Université panafricaine à Yaoundé. Initiateur de Muanda Business School (MBS) à Muanda (RDC), il est l’auteur de plusieurs publications. 

ISBN : 978-3-8381-7926-1

Vient de paraître : Guy-Lambert SANTIMI, « RELATIONS NORD-SUD, UN GRAND SCANDALE », éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

10 Août

Vient de paraître aux éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

Guy-Lambert SANTIMI,

« RELATIONS NORD-SUD, UN GRAND SCANDALE »

Préface de Louis LAURENT, député fédéral belge

ISBN : 978-2-8399-1450-5

Prix : 25 francs suisses

Contactez-nous pour commander votre exemplaire : afriquenouvelle@bluewin.ch ou au 0041 (0) 78 765 94 41

 

4ème page de couverture

 

Dans ce livre, l’auteur analyse les causes endogènes et exogènes, voire occultes, du non-décollage de la RD Congo et de la plupart des pays africains. En comparant la période des indépendances africaines et la période actuelle, il conclut que les dirigeants politiques africains d’aujourd’hui ont, pour la plupart, trahi le continent en scellant des alliances peu orthodoxes et avec les anciennes Métropoles et avec les firmes transnationales qui exploitent les ressources naturelles du continent.

Il rappelle qu’au Congo, la résistance aux forces étrangères remonte au XVIe siècle, avec des personnalités légendaires comme Béatrice Kimpa Vita, Manuel Ne-Mvunda. Leur lutte a été poursuivie jusqu’à l’année 1960 qui correspond à l’indépendance du Congo. Puis, plus rien, sinon le règne des autocrates. Cette situation ressemble étrangement à celle de la plupart des pays. L’Afrique est aujourd’hui entrée dans une période des complicités malsaines conduisant à l’assassinat de leaders africains qui expriment clairement leur vision. Elle est ainsi devenue le continent qui compte le plus grand nombre de chefs d’État assassinés pendant l’exercice de leur mandat. Mais qui sont les véritables auteurs de ces crimes crapuleux ?

Tout en éclairant les méfaits subis par l’Afrique, l’auteur s’attarde sur les erreurs commises par les hommes au pouvoir et esquisse des voies de sortie. Il invite les Africains et leurs dirigeants de changer de trajectoire pour permettre le développement du continent. Ceux qui cherchent à s’engager en politique y trouveront des recettes pour leur future carrière.

Guy-Lambert SANTIMI est de nationalité congolaise. Licencié en Philosophie et Lettres de l’Université de Lubumbashi, il est aussi agrégé en pédagogie appliquée de la même Université. Après une formation en management bancaire à l’Institute of Bankers à Nairobi (Kenya) et à l’Indian Institute of Banking Research de New-Delhi (Inde), il a été successivement Directeur des Opérations à la Grindlays Bank International (Kinshasa), adjoint commercial à la Banque congolaise du commerce extérieur, Administrateur Directeur Général à la Société congolaise de Banques et Conseiller aux Investissements auprès du groupe financier Métropole-Europe S.A./Belgique.

ISBN : 978-2-8399-1450-5

Pour commander :

Fweley Diangitukwa

éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle

1, avenue Rolliez

1800 Vevey

Suisse